De retour à Tallinn sur fond de retrouvailles internationales

L’Estonie, dernier refuge contre le réchauffement climatique ? Seul pays à donner le choix entre une amende et une pause en cas d’excès de vitesse sur la route ? A vous faire gagner deux kilos en deux semaines sans aucun, mais alors vraiment aucun regret ? Dans les couloirs de l’aéroport, je me sentais déjà un peu chez moi. Grete arrive et m’accueille avec une tasse de thé vert fumant à la main « comme à la maison ». On ne change pas les vieilles habitudes. C’est parti pour quelques jours en compagnie de Grete et Samuel, avant d’aller rejoindre ma famille pour une virée à travers le pays.

Lire la suite « De retour à Tallinn sur fond de retrouvailles internationales »

Minsk : « Grand cœur et swing triste » (1/3)

Après l’escale lettone hors-du-temps, j’atterris dans la capitale biélorusse dans un aéroport aux airs de bunker russe avec des avions aux logos un peu trop « rétro » pour être rassurants (et encore dans mon souvenir, ils sont plus jaunes que blancs). La Biélorussie se veut destination touristique, mais personne ne parle anglais. Il est possible d’y voyager pour trente jours maximum à condition d’arriver et de repartir via l’aéroport, et d’avoir une assurance de voyage. Une fois sur place, on dispose de cinq jours pour s’enregistrer en ligne (sur un site écrit en russe, bien évidemment) ou auprès des autorités locales. Minsk, c’est finalement la cohabitation de plusieurs extrêmes : un passé très, très lourd et des tentatives de modernisation très rapides, une envie de développer le tourisme sans aucune infrastructure dédiée à cela, une atmosphère particulièrement mélancolique associée à de sublimes éclats de créativité et de joie. Tiraillée entre toutes ces directions, la capitale semble figée dans une espèce de bourdonnement sourd d’où s’échappent parfois quelques éclats de rire ou rais de lumière un peu magiques.

Lire la suite « Minsk : « Grand cœur et swing triste » (1/3) »

La belle échappée à Riga

Jeudi 25 juillet 2019, 17h, Café Vilhelms Kuze à Riga.

J’ai atterri dans un café hors-du-temps avec des fauteuils recouverts de velours vert, un vieux piano droit et des enceintes crachotant du jazz doux comme du miel. C’est une bulle dans laquelle le temps s’est arrêté, juste pour pouvoir souffler un peu, engloutir une part de cheesecake à la fraise et d’écrire quelques lignes pour faire le point. A l’hôtel, je demande conseil au réceptionniste car je n’ai prévu aucun itinéraire et je n’ai aucune idée de ce qu’il faut voir à Riga. Il me désigne les brochures. D’accord. Je prends en photo la carte de la vieille ville et ses monuments, ouvre deux pages au hasard pour trouver  deux-trois noms de restaurants et de cafés pour la journée.

Lire la suite « La belle échappée à Riga »

Toulouse Fusion w-e : une péniche dans la ville rose (2/2)

Lundi 22 juillet 2019, 17h49, quelque part en Toulouse et Nantes.

Pour l’Apollo Day, j’ai l’impression d’avoir côtoyé de près les étoiles avec ce week-end de danse fusion dans ville rose et de l’espace. En octobre 2017, je faisais mes premiers pas de fusion à San Francisco. Nous voulions danser et sur les conseils de copains danseurs, nous avions atterri à Shades of Blues où j’ai eu mon premier cours de blues avec Alex et José. Surprise, la musique n’est pas du blues. Un peu (complètement) perdue, je fais appel à mes sensations de tango : je suivrai mon danseur jusqu’au bout du monde et avec le sourire s’il vous plaît. Je me souviendrai toujours de ce danseur aux lèvres peintes de bleu* et de cet air de Brika. J’étais fascinée et je voulais jouer avec l’énergie qu’il créait. Plus tard, dans la soirée, Alex (grande débutante qui a pourtant dansé toute la soirée !) me présente la bande des Alex, danseurs de break, et croisements entre humains et papillons je crois. Au printemps suivant, à Los Angeles, je danserai d’ailleurs avec un parfait inconnu avant de m’exclamer « wait, are you an Alex? » en voyant apparaître les papillons dans ses mouvements.

Lire la suite « Toulouse Fusion w-e : une péniche dans la ville rose (2/2) »

Suivre les papillons et mettre de la couleur dans sa vie

Ça y est, je suis à l’heure d’été. Passage paisible avec sas de décompression tout en douceur avant de repartir à l’aventure à Toulouse, dans l’Est de l’Europe et sur l’Île de Ré. J’ai rangé, nettoyé, créé et extériorisé toutes les incertitudes emmagasinées ces dernières semaines pour partir en voyage l’esprit léger comme un papillon. Ceci est un article de transition entre une fin de semestre colorée avant de s’envoler à nouveau vers des contrées inconnues (et j’espère pleines de papillons).

Lire la suite « Suivre les papillons et mettre de la couleur dans sa vie »

Une nuit dans Nantes, de nid en nid

« Non, mais ils n’ont pas pu installer un nid sur la Tour LU, on l’aurait vu quand même ! ». Ah. En fait si. Il y a effectivement un nid sur la tour du Lieu Unique. Chaque été, c’est la même chose. Le Voyage à Nantes nous invite à jeter un nouveau regard sur la ville et l’inauguration du festival passe par la fameuse Nuit du VAN, qui a eu lieu le 6 juillet dernier. Cette année, j’y allais accompagnée de ma soeur et nous formions un joyeux duo de vert et de rose corail. Au programme : test d’un nouveau restaurant, passage obligatoire par la Fraiseraie, poursuite de boules de feu et lancement de débats houleux entre la France et l’Amérique…

Lire la suite « Une nuit dans Nantes, de nid en nid »

London calling : retour du brunch dominical et exploration du temps à Greenwich (3/3)

C’est seulement en arrivant dans le quartier Canary Wharf que le charme londonien a commencé à opérer. Dans le tramway, en passant devant les gratte-ciels sur l’eau, j’ai enfin ressenti l’excitation d’être dans le tourbillon d’une grande ville. Nous ne sommes passées qu’en coup de vent dans ce quartier puisque le point de départ de notre balade dominicale se trouvait à Greenwich où nous allions pour visiter le marché et l’observatoire. Que dire de Greenwich à part que c’est l’endroit que j’ai préféré dans tout mon séjour londonien (avec les serres de Kew Gardens, dont je vous parlerai un peu plus tard) ?

Lire la suite « London calling : retour du brunch dominical et exploration du temps à Greenwich (3/3) »

London calling : en marches d’escaliers et en couleurs (1/3)

Ah, l’Angleterre. Ah, Londres. Il n’y a pas si longtemps, quand j’étais adolescente, je fantasmais sur la vie à l’anglaise à force d’écouter de la British pop, de lire Jane Austen et de voir pour la énième fois Good Morning England.  J’étais prête à danser dans les rues de Liverpool dans une petite robe à fleurs, dévorer un fish’n’chips à Londres, goûter à l’afternoon tea à Pemberley, me promener dans un jardin anglais qu’on appelle aussi « irrégulier » et refaire ma collection de Penguin Books, parce qu’avouons-le une bonne fois pour toutes, les couvertures des livres anglo-saxons sont les plus belles.

Lire la suite « London calling : en marches d’escaliers et en couleurs (1/3) »

De retour à Seattle : hurler à la mort et explorer les souterrains de la ville (4/4)

« Mais si, vous savez, l’esprit de Seattle, quand vous avez cette idée grandiose, impossible et farfelue, que vous n’avez aucun moyen d’estimer si c’est réalisable ou pas, donc que vous y allez malgré tout ? » Voilà comment nous décrit l’esprit de Seattle la guide des souterrains de la ville. Et je m’y retrouve beaucoup. Sauf que je n’ai pas décidé de construire une ville dans une zone inondable ou de monter le niveau des routes en laissant les commerces aux sous-sols, n’en permettant l’accès que via des échelles…

Lire la suite « De retour à Seattle : hurler à la mort et explorer les souterrains de la ville (4/4) »

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑