Escapade dans l’archipel de Stockholm

Sortons un peu de Stockholm pour aller nous promener dans l’archipel, direction Djurö ! Après quelques jours dans la capitale, mes parents ont loué une maison sur une des îles pour changer un peu de décor (et parce qu’on n’a jamais assez d’eau autour de nous !). Les gens se disent bonjour quand ils se croisent dans la rue, les voisins sont adorables, la boulangerie fait d’excellentes pâtisseries, ma famille a découvert les joies du Fika et nous avons passé autant de temps sur terre que sur mer. L’archipel n’est qu’à une heure en transport en commun de Stockholm : on aurait presque envie de s’y installer de manière permanente !

Lire la suite « Escapade dans l’archipel de Stockholm »

« Midsommar » à la suédoise

Il y a un mois, c’était Midsommar, une fête qui célèbre le « milieu de l’été » en Suède. C’est presque plus important que Noël ! Le meilleur conseil que l’on nous ait donné est d’aller le fêter avec des Suédois.e.s pour vivre « l’expérience complète ». Et c’est ce qu’on a fait ! Robert et Amanda, qui tiennent un studio de danse dans Stockholm et que nous avons rencontrés lors de notre arrivée à Stockholm, nous ont initiés à toutes les coutumes suédoises : la vie en pleine nature dans l’archipel suédois, le buffet de Noël « Julbord », et enfin, Midsommar. Au niveau de la météo, j’ai eu l’impression que le 21 juin, quelqu’un avait pressé le bouton « été ». Du jour au lendemain, les journées se sont réchauffées et c’est vraiment très bizarre de vivre dans une région sur Terre où il y a de nouveau de « vraies saisons ».

Lire la suite « « Midsommar » à la suédoise »

Noël à Stockholm : bar de glace, spa, faune locale et gros bateau

Encore une journée avant la rentrée, avant le nouveau travail, avant de retrouver Stormy, avant d’entamer un nouveau chapitre particulièrement enthousiasmant dans ma carrière. J’ai pris la décision de déconnecter complètement du travail le jour où Justine arrivait en Suède et c’est plutôt une bonne chose, car j’ai eu l’impression d’avoir eu des vacances très, très longues. Nous avons vécu notre premier Noël à Stockholm (avec de la neige le jour J !) et même si nous fêterons les prochains en famille, celui-ci aura été vraiment unique, doux et tranquille.

Lire la suite « Noël à Stockholm : bar de glace, spa, faune locale et gros bateau »

Premiers pas à Stockholm : cannelle, cardamone et code

Tous les ans, pendant les vacances d’été, j’écris la liste des objectifs que j’aimerais accomplir pendant l’année. Par année, je veux dire « année académique ». J’apprécie le démarrage en septembre et la possibilité de faire un bilan à mi-parcours au moment du passage à la nouvelle année. Bon, je vous passe l’échec cuisant concernant l’objectif « Faire un festival de danse par mois ! », c’était très candide de ma part. Parmi les dix objectifs, il y en a un qui tenait en une phrase : « mettre les voiles ». Je n’aurais pas parié sur la Suède. Et pourtant, nous y sommes tous les trois, Ryan, Stormy et moi. Bienvenue à Stockholm, la campagne des capitales européennes au parfum de cannelle et de cardamone.

Lire la suite « Premiers pas à Stockholm : cannelle, cardamone et code »

Lundi comme un poisson dans un meublé

Lundi mélancolique avec Cecile McLorin Salvant, ou plus énergique avec l’aquarium de Paris Combo (et qui tombe souvent à point nommé !), mais le plus souvent, je laisse le temps s’étirer en longueur en rêvassant dans la cuisine un peu comme Stormy sur le canapé (ci-dessus). Depuis le 1er novembre, nous avons été reconfinés, re-déconfinés, Ryan et moi sommes partis en Suisse célébrer les fêtes de fin d’année, la rentrée a été paisible et productive, et je me concentre sur mes projets ou j’en lance de nouveaux pour rester en mouvement. Les choses changent et je me suis même demandé si c’était pertinent de garder l’Astroniste, mon cher travelogue. Pourtant, j’ai encore rempilé pour une année : ce sera juste… moins fréquent. L’Astroniste est mon espace d’expression personnelle, mon terrain de jeu (j’expérimente actuellement les mises en forme de texte sans justification qui seraient plus accessibles en termes de lecture) et, c’est du bonus, un rassemblement de souvenirs pour d’autres.

Lire la suite « Lundi comme un poisson dans un meublé »

Flawil & Stein : joyeux chocolats et fromages roses

« Hapiness is the only thing that doubles when you share it ». C’est de cette manière que nous sommes accueillis au Chocolarium de la marque Maestrani dans la ville de Flawil. Nullement stoppés par la pluie, Ryan et moi avons suivi sa tante Dora sur les routes de montagnes à bord de la petite Zoe. Au lieu des randonnées, nous avons privilégié les sorties en intérieur et avons donc visité une chocolaterie à Flawil et une fromagerie à Stein. Ryan déteste le chocolat, et nous limitons notre consommation de fromage dans le cadre de notre régime végétalien, cependant, pour une escapade gourmande on ne peut plus suisse, on peut bien faire une (deux !) exception(s)…

Lire la suite « Flawil & Stein : joyeux chocolats et fromages roses »

Changement de rythme à Noirmout’mout

« Si, par le plus grand des hasards, j’étais réveillée à 6h du matin, je viendrai avec toi ». On a tous fait cette blague quand Margaux nous a annoncé qu’elle irait voir le soleil se lever au petit matin. Je ne me souviens plus du mauvais rêve de cette nuit-là, mais j’ai ouvert les yeux et j’ai regardé l’heure en me disant « si ça se trouve… ». Il est six heures. On prend les vélos et on file vers la plage…

Lire la suite « Changement de rythme à Noirmout’mout »

Paris-Rezé-Nantes : préparer les vacances

A l’heure où cet article sera publié, je serai probablement sur les plages de Noirmoutier en bonne compagnie, et en train de profiter de vraies vacances. Par « vraies vacances », je veux dire que les premiers jours de congés sont toujours employés à ne rien faire, ou pas grand-chose, juste pour constater que ce sont les vacances. Cette année est un peu particulière, car Ryan et moi testons le « digital nomad », ou le télétravail en voyage. Je suis toujours en formation et les voyages de cet été ne s’annoncent pas de tout repos… et c’est une excellente chose ! Malgré les jours de rush, cela reste un plaisir d’être active dans des projets qui ont du sens. « La bonne fatigue ». Ainsi, on alterne moments de loisirs et moments studieux… et j’essaie de faire manger Ryan le plus possible pour que sa famille ne le trouve pas trop « déplumé » quand nous serons en Suisse.

Lire la suite « Paris-Rezé-Nantes : préparer les vacances »

L’ « ère » du temps l’ « ère » de rien ou s’en sortir sans sortir

C’est le 47e jour de confinement officiel. 47 étant un symbole à Pomona College, cela me semble le moment parfait pour publier un nouvel article sur nos vies confinées. Pourtant, les mots n’ont jamais été aussi difficiles à sortir que maintenant. “Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement” (Nicolas Boileau). Cette phrase qui m’accompagne depuis que j’ai commencé à écrire sérieusement pour mon mémoire n’a jamais été aussi juste. Je ne conçois rien. Les pages de mon carnet sont noircies de réflexions, de dates écrites en japonais, de phrases de gratitude journalières (une habitude que j’ai prise à l’automne dernier), de bilans hebdomadaires. Le tout est entrecoupé de listes, de recettes, de cours et d’étoiles. Je me relis avec beaucoup de tendresse : tant de légèreté, d’anecdotes rigolotes, de moments suspendus que je tente de graver tant bien que mal. Parfois, je relis la lutte, l’anxiété et l’incompréhension. Mais il y a toujours de la vie. Et après près d’un mois et demi de confinement, on se rend compte qu’il s’en passe, des choses ! A chaque fin de mois, je fais généralement le point sur ma vie : qu’est-ce que j’ai appris, accompli ? De quoi ai-je besoin pour la suite ? Je me rends compte que j’ai vécu deux fins de mois en confinement et… rien. Rien ne me vient à l’esprit. Ou alors si, une version de moi aimerait vous raconter à quel point tout est étrange et anormal et que ça ne va pas du tout. L’autre version, elle, trouve que tout est normal et habituel, et que ça va très bien. Ainsi, notre nouvelle normalité est bizarre. Notre bizarrerie est normale ?

Lire la suite « L’ « ère » du temps l’ « ère » de rien ou s’en sortir sans sortir »

Wandering in Valencia

Je commence par la fin de mon périple à Valencia, alors que j’ai deux articles en retard et trois autres en attente. Tout va bien. Après un hiver morose, et presque deux mois sans danser de fusion, le Double Shot, grand festival de blues et fusion européen arrivait à point nommé. Mes ami.e.s me l’avaient vendu comme leur meilleur souvenir de festival alors j’en attendais beaucoup… et c’était mal parti. Nous avions réservé un superbe loft à deux pas du lieu de festival pour finalement apprendre qu’il se déroulerait à l’extérieur de la ville, à une demi-heure de route, et non pas à l’endroit habituel. L’aspect logistique a donc été assez chaotique (exemple : mettre un réveil à 5 heures du matin et stopper sa danse en plein milieu d’une chanson en disant « je suis désolée, j’ai un bus à prendre »). Ensuite, j’apprenais que mon groupe favori, La Revolution Band, n’était plus dans la programmation. Je me consolais déjà en me disant que je les reverrais à Toulouse cet été, quand le coup du sort a fait qu’ils sont venus jouer juste à côté de chez nous, nous permettant de danser sur leur musique, de retrouver d’autres ami.e.s danseur.se.s également dans la confidence, puis de retourner danser dans le festival officiel. Une parenthèse enchantée.

Lire la suite « Wandering in Valencia »

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑