Dernier tour à Genève : Nations Unies, jardin botanique et faune locale

Le stage de danse terminé, on profite des derniers jours en Suisse pour (enfin ?) prendre un peu de temps pour visiter la ville. Une fois de plus, la pluie s’immisce dans nos plans et nous devrons remettre nos envies de randonnées à plus tard. En parlant de pluie, nous sommes allés dans un restaurant dîner avec des amis de Ryan et avons vécu une mini-tempête incroyable. La porte du restaurant ne fermait plus à cause du vent, des trombes d’eau ont inondé les routes en l’espace d’une dizaine de minutes. Heureusement, nous étions bien à l’abri en train de boire de la limonade et de manger des burgers aux pains tout vert (colorés aux épinards). Le soleil est de retour, et nous voilà sur la route du jardin botanique, des Nations Unies et de la Jonction.

Lire la suite « Dernier tour à Genève : Nations Unies, jardin botanique et faune locale »

Ebnat-Kappel : après la pluie

« Je respire mieux ici ». J’ai dû répéter cette phrase une bonne quinzaine de fois en l’espace de quelques jours. Pouvoir prendre de grandes bouffées d’air frais et respirer librement est devenu, pour ma part, quasiment un luxe ces derniers mois. A Ebnat-Kappel, chez les grands-parents de Ryan, Sula et Turi, nous nous couchons tôt et nous nous levons tôt. Cela nous va étrangement bien. « Il faut choisir l’emplacement de la maison en fonction de son rythme de sommeil pour profiter de toute la lumière », dira Sula. La vue sur les montagnes et les vallées vertes, le bois odorant qui craque sous les pieds dans le chalet labyrinthique et cosy, la prévenance et la générosité de la famille de Ryan, la découverte des souvenirs familiaux, j’ai tout gardé précieusement pour les jours de grand froid.

Lire la suite « Ebnat-Kappel : après la pluie »

Tillandsia géant et cactus fluffy dans le jardin botanique de Zurich (2/2)

Passons encore un peu de temps dans Zurich et partons à la découverte de ses jardins. Ryan et moi voulions visiter le jardin botanique, mais quel jardin ? Zurich possède un vieux jardin et un neuf, tous les deux gérés par l’université de la ville. Nous sommes passés par l’ancien jardin que vous avez vu dans le précédent article, et nous sommes allés deux fois dans le nouveau ! Les serres étaient fermées lors de notre première visite et rouvraient le lendemain…alors nous sommes revenus le lendemain, tout simplement !

Lire la suite « Tillandsia géant et cactus fluffy dans le jardin botanique de Zurich (2/2) »

Zurich : Uetliberg, les pieds dans l’eau et les guêpes (1/2)

De retour de Noirmoutier, et presque aussitôt repartis en ayant juste le temps de déballer, faire une machine, préparer les nouveaux bagages, et de dîner avec Andréa. On part en Suisse dans un contexte particulier : on part suivre une formation de danse à Genève, je rencontre la famille de Ryan pour la première fois (et pour ça, on visitera Zurich, Ebnat-Kappel et Genève… autrement dit, on traverse le pays), et on teste le digital nomad (travailler et voyager en même temps). Il faut donc un peu de préparation. Premier stop : Zurich. Je ne parle pas un mot de suisse allemand. Je ne parle pas un mot d’allemand tout court. Cela ne m’a pas empêché d’adorer la petite vibe alternative de la ville où l’on peut se mettre au vert facilement, mettre les pieds dans l’eau pendant sa pause déjeuner en centre-ville et manger vegan sans passer pour des extrémistes.

Lire la suite « Zurich : Uetliberg, les pieds dans l’eau et les guêpes (1/2) »

« Quand on ne fait rien, on est utile à tou.te.s »

Du temps ! Le 8 février dernier, après quelques journées et soirées intenses, cinq heures de sommeil par nuit, j’avais encore de l’énergie pour aller au Lieu Unique et aller aux Rencontres de Sophie, un cycle de conférences en philosophie qui avait pour thème « Habiter la Nature ». Mieux encore, j’avais vu passer le nom « Gilles Clément », un nom qui m’était familier lorsque j’étudiais les jardins et je me rappelle avoir même été un peu triste de ne pas avoir pu caser une référence ou deux dans mon mémoire (ce n’était pas tout à fait le même sujet). Les concepts de jardin en mouvement et de jardin planétaire me parlent et j’étais vraiment curieuse d’écouter ce qu’il avait à nous raconter…

Lire la suite « « Quand on ne fait rien, on est utile à tou.te.s » »

De Haapsalu à Parnü : terminus dans la capitale de l’été et des tourbières

Tchou ! Tchou ! Un ferry et un stop dans une gare ferroviaire plus tard, nous voilà à Pärnu, surnommée la capitale de l’été. Plus touristique, on y fait de drôles de découvertes : expositions bizarres, rencontres avec chien, chat et grenouille, et une sublime tourbière pour faire le plein d’air pur et de nature avant de retrouver la ville animée et un chouïa plus grise. Cet article signe la fin de l’été sur le blog et le début de la saison des tartes à la citrouille (j’en ai déjà mangées deux !), du parfum de la cannelle mélangée à la muscade et des soirées films + tricot.

Lire la suite « De Haapsalu à Parnü : terminus dans la capitale de l’été et des tourbières »

Derniers jours à Saaremaa : des falaises « vertigineuses », un « vieux » cratère et toujours plus de moulins.

Vingt-trois mètres. C’est la hauteur de la falaise de Panga, dite la plus haute de Saaremaa. Il y a si peu de relief en Estonie que chaque petit monticule ou colline est annoncé, protégé, adulé. Mignon, non ? Voilà donc notre dernière promenade sur cette île paisible encore préservée du tourisme de masse. Même dans les lieux dits touristiques, nous avons eu l’impression d’être seuls, croisant seulement le même couple d’étrangers d’un lieu à l’autre. Saaremaa est un trésor, une île qui offre tout ce qu’il faut pour subsister Entre nous, s’il faut un jour s’isoler (au sens propre comme littéral du terme) quelque part pour survivre, c’est là-bas que je file. Tant qu’il y a des myrtilles et des forêts…

Lire la suite « Derniers jours à Saaremaa : des falaises « vertigineuses », un « vieux » cratère et toujours plus de moulins. »

Le festival du Café chez l’Habitant à Hiiumaa

Après avoir passé un temps à Saaremaa et Muhu, nous voilà sur la deuxième plus grande île d’Estonie, Hiuumaa. Nous sommes arrivés en fin de journée, prêts à assister au festival du Café chez l’Habitant. Dans ce festival, plusieurs familles habitant sur l’île ouvrent les portes de leur maison aux visiteurs le temps du week-end pour offrir un café. Le concept est un peu plus poussé puisqu’il est possible de rester flâner dans le jardin, de manger, de jouer à des jeux ou d’écouter des concerts. D’après ce que j’ai compris, tous les membres d’une famille sont mis à contribution pour faire en sorte que les visiteurs passent un bon moment… et c’est le cas !

Lire la suite « Le festival du Café chez l’Habitant à Hiiumaa »

Partir en éclaireur sur l’Île de Saaremaa

« Lullaby of birdland, that’s what I always hear when you sigh. Never in my wordland could there be ways to reveal in a phrase how I feel… » On écoute une seule fois Andrea Motis et sa version sa version de Lullaby of Birdland, et avec nos trois cerveaux dotés chacun d’un lecteur de musique performant, voilà que cette rengaine nous poursuit tout un week-end. Saaremaa a donc des airs de jazz et de trompette, l’escapade parfaite en somme.

Lire la suite « Partir en éclaireur sur l’Île de Saaremaa »

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑