De retour à Seattle : hurler à la mort et explorer les souterrains de la ville (4/4)

« Mais si, vous savez, l’esprit de Seattle, quand vous avez cette idée grandiose, impossible et farfelue, que vous n’avez aucun moyen d’estimer si c’est réalisable ou pas, donc que vous y allez malgré tout ? » Voilà comment nous décrit l’esprit de Seattle la guide des souterrains de la ville. Et je m’y retrouve beaucoup. Sauf que je n’ai pas décidé de construire une ville dans une zone inondable ou de monter le niveau des routes en laissant les commerces aux sous-sols, n’en permettant l’accès que via des échelles…

Charlie Puth – Done for me (puisque nous sommes dans le thème de la pop music, voilà une chanson bien pop sur laquelle j’ai eu droit à une danse vraiment chouette le soir au West Coast Swing)

 

C’est notre dernière journée à Seattle et le musée du jour est le musée de la pop culture qu’on appelle plus simplement le MoPOP. Proche de la Space Needle, l’architecture du musée est également un peu alien. Frank Gehry en est le créateur et c’est vrai que les formes un peu organiques comme celles du Walt Disney Concert Hall à Los Angeles (du même architecte) et du MoPOP ont quelque chose en commun.

 

Dans le MoPOP, qu’y a-t-il ? Un peu de tout en fait. Initialement, le musée est dédié à la musique pop avec une nette préférence pour Jimi Hendrix, mais on y trouve maintenant de la science-fiction, de la fantasy, des jeux vidéos et j’en passe… Quand nous y étions, il y avait une exposition intitulée « Scared to Death » sur les films d’horreur. C’est le premier endroit que nous avons visité même si je n’étais pas très rassurée. Oh, génial, des traces de pieds ensanglantés qui sortent de l’ascenseur et se dirigent droit vers l’exposition…

dscf5769
Enfermés dans une cabine, nous avons dû hurler très fort dans le photobooth pour nous faire tirer le portrait.
dscf5770
Isaiah est un vampire, mais on le savait déjà, je crois.
dscf5777
Pourquoi aimons-nous la science-fiction ? Je trouve que ce panneau résume assez bien mon opinion et la citation à droite est merveilleuse de sens.

 

Après l’exposition sur les films d’horreur (qui s’est avérée moins terrifiante que j’imaginais et au final, même intéressante), nous voilà dans la science-fiction, un monde qui me parle un peu plus. Exploration spatiale, Star Wars (les vieux !) et de multiples références à des films cultes sont présentes. En fait, pour être tout à fait honnête, ici c’est un peu le fouillis de la science-fiction pop.

dscf5780
Callie, nouvelle aventurière de l’espace.
dscf5789
Après les films d’horreur et la science-fiction, nous pénétrons dans un autre monde (tout aussi fouillis) de la fantasy. Comme pour les autres expositions, la muséographie est soignée mais il est un peu dur de s’y retrouver parmi toutes ces références. Surtout, quand on ne connaît pas la référence présentée, on se sent un peu « hors-jeu ».
dscf5791
Il était une fois, dans un royaume très, très lointain, un roi et une reine…
dscf5792
Okay, écharpe rouge et or et baguette magique, me revoilà en terrain conquis avec Harry Potter.

 

Soudain, je manque de m’étouffer devant l’épée d’Inigo Montoya de The Princess Bride, sort mon téléphone et envoie un message à ma colocataire : « Il faut absolument que tu voies cela ! ». Il y a même le gant à six doigts de Rugen ! Voilà encore le problème des références de pop culture : quand vous n’y connaissez rien, vous y êtes assez hermétique et quand vous tombez sur une pépite, ce sont les autres qui vous regardent d’un air dubitatif. Tant pis, j’aurai quand même vu l’épée d’Inigo Montoya en vrai.

dscf5798
Dans la Sky Church, qui doit être un endroit assez chouette quand il y a une projection ou un concert.
dscf5800
Trimpin, If VI was IX: Roots & Branches est une sculpture faite d’environ 700 instruments (je n’ai pas compté, c’était écrit sur le cartel).
dscf5803
L’antre des jeux vidéos qui me fait penser à la scène du laser game dans Lou ! Journal infime. Pas très intuitif, nous y sommes restés peu de temps même si le concept de présenter des jeux indépendants est plutôt intéressant !
dscf5806
Après le (relatif) effort, le réconfort. Au cas où vous n’auriez pas deviné, nous sommes dans le quartier international ! J’adore les noms des rues écrits en japonais.
dscf5807
Et pour le prix de trois baguettes de pain, on se retrouve avec une assiette bien garnie pour le déjeuner. On imagine qu’un concept comme celui-ci ferait fureur à Claremont…

 

Bon, d’accord, s’il fallait rajouter encore une chose qui me manque des Etats-Unis, ce sont bien les glaces de Molly Moons et de Salt & Straw. L’été dernier, Isaiah et moi mangions quasiment une glace par jour à Portland alors quand j’ai appris qu’il existait un Salt & Straw à Seattle, le détour était obligatoire. En écrivant cet article, je viens aussi de me rendre compte que l’enseigne est en fait installée sur toute la côte Ouest des Etats-Unis jusqu’à San Diego. A quand notre côte Ouest ?

 

dscf5811
Dans Pionneer Square, le plus vieux quartier de Seattle. Nous nous rendons à notre dernière visite de la journée.

 

Isaiah avait entendu parler d’une visite des souterrains de Seattle. Nous étions tous curieux alors nous avons réservé une visite via le Bill Speidel Underground Tour. Je crois qu’on en ressort avec un nouveau regard sur la ville. Malgré ma passion pour Seattle, je n’avais jamais pris le temps de m’intéresser à son histoire et j’ai eu tort. Entre un incendie qui n’a fait aucun mort et qui a été joyeusement accueilli par les habitants, des installations sans queue ni tête pour pallier le risque d’inondations et d’autres histoires à coucher dehors, Seattle est une ville vraiment incroyable. Dans les souterrains, il y a encore plein de secrets à découvrir, mais je pense qu’il faudrait un article entier pour en parler. Il y en a un petit ici, si vous êtes curieux (regardez au moins le schéma de coupe d’une route !).

dscf5817
La Smith Tower, vue la nuit, vous savez, le bâtiment dans lequel je me suis imaginée travailler en tant qu’éditrice ? Je continue de penser que j’adorerais avoir mon appartement dans le quartier… Quand je regarde le site super touristique de la Smith Tower, je suis complètement happée par les images de la ville.
dscf5818
Le plus vieux restaurant de Seattle et une ambiance un peu hors du temps. J’aurais bien aimé qu’Edward Hopper peigne cet endroit…
dscf5820
Au restaurant Kizuki, je n’ai pas envie de ramen alors je commande plusieurs petits plats à partager dont des onigiris (que j’ai appris à faire depuis !), sortes de petits sandwichs à base de riz. Surtout, ils arrivent avant les ramens de Callie et d’Isaiah qui s’impatientent un peu. Un dîner parfait pour reprendre des forces avant d’aller danser le West Coast Swing !

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑