José était tombé amoureux de Portland et était impatient de voir ce que j’en pensais. Après avoir passé tant de temps ensemble à étudier chez dans le salon de l’un ou de l’autre, Portland est la ville idéale pour s’imaginer à nouveau voisins et aller danser le soir. Ma première journée s’est donc déroulée en plein air (comme toutes les autres !). Le Washington Park abrite toutes sortes de choses tels qu’une roseraie, un amphithéâtre, un jardin japonais, un arboretum, d’autres réservoirs et j’en passe. Situé à deux pas du centre-ville, il y a de quoi tomber sous le charme de Portland certes bizarre, mais où la vie semble un chouïa plus douce qu’ailleurs.

Shawn Mendes – Lost in Japan

DSCF5158
Je continue ma collection de visites de jardins botaniques avec l’International Rose Test Garden, plus vieille roseraie expérimentale publique des Etats-Unis.

Pour le déjeuner, nous nous installons dans l’amphithéâtre. Je connaissais le jeu d’enfants qui consiste à s’allonger et à rouler dans l’herbe sur une pente. Je connaissais un peu moins « la descente d’amphithéâtre » dans la même position. Nous regardons les enfants courir un peu partout autour deux nous, deux adolescentes habillées avec les mêmes vêtements, un groupe de garçons jouant aux Backstreet Boys sur la scène. Encore une fois, le temps s’arrête dans ce doux moment de méditation. Puis nous reprenons notre promenade, non sans courir dans l’herbe pour copier les enfants, et parce que ça faisait longtemps.

DSCF5164
L’amphithéatre. Parfait pour un concert, ou un film en plein air un soir d’été.
DSCF5171
Nous faisons connaissance avec les spécialistes de la roseraie.

 

L’avantage avec les tables françaises d’Oldenborg, c’est que je pouvais souvent parler de mes voyages à venir et demander conseil aux étudiants venus des quatre coins du monde. « Qu’est-ce qu’il ne faut pas louper à Portland ? » Deux choses donc : la librairie Powell’s et le jardin japonais. Des livres et des jardins, il en faut vraiment peu pour être heureux.

DSCF5174
Nous voilà donc à l’entrée du jardin japonais (qui se trouve dans le Washington Park) et dit « le plus beau et le plus authentique jardin japonais hors du Japon » par l’ambassadeur japonais. Incontournable donc. Et en prime, un ami japonais qui prend la pose pour faire plus authentique.
DSCF5176
Mon obsession pour les jeux de lumière prend de plus en plus d’ampleur.
DSCF5177
Sommes-nous toujours aux Etats-Unis ? Heureusement qu’il y a ce monsieur pour nous le rappeler (ou alors est-ce un touriste ?). Je me rappelle avoir vu un drapeau américain planté au milieu du jardin, juste au cas où…

L’exposition temporaire s’appelle Shokunin: Five Kyoto Artisans Look to the Future, shokunin signifiant « artisan ». Mon œil peu entraîné s’étonne devant les laques, les poteries, le bois ou le tissage. C’est frais et serein, avec un sens du détail toujours touchant. Sur la photo en haut à gauche, j’aime beaucoup l’utilisation du galet de la ficelle pour stabiliser le panneau.

Précédemment, sur l’article sur le jardin botanique de Denver, j’avais dit avoir été un peu déçue du jardin japonais. Ici, l’endroit recèle de petits chemins et nous amène d’ambiance en ambiance tels des jardins dans le jardin. Il y a peu de monde alors nous avons l’impression d’être un peu seuls au monde, ce qui est parfait pour prendre le temps de découvrir ou redécouvrir la symbolique associée au jardin japonais. On aura pu s’asseoir sur un banc et voir les quatre saisons sous nos yeux, observer un karesansui d’en haut et puis se rendre compte une fois à l’intérieur qu’en effet, on ne sait pas d’où vient le son de l’eau, s’asseoir sur des tatamis fragiles (ce qui a fait beaucoup rire Isaiah parce qu’apparemment on en trouve vraiment partout dans les maisons japonaises), regarder les carpes koï et chercher des tortues.

DSCF5196
Le jardin de thé est mon endroit préféré. Plus ombragé et isolé, c’est là où je me sentais vraiment sereine. L’expression « prendre des bains de forêt » prend tout son sens ici. En plus, j’ai adopté ce qui deviendra mon motto pour le reste du séjour : « tout est plus beau avec de la mousse ».
DSCF5198
J’aime beaucoup cette image pour la diversité des essences végétales, et les pins de Portland en arrière-plan qui s’intègrent bien dans le jardin japonais.

Isaiah répond avec patience à toutes mes questions curieuses, et accompagne notre promenade d’anecdotes (on ne compte pas les surfaces des maisons en mètres carré, mais en nombre de tatamis, par exemple). Ainsi, cela apporte une autre dimension à notre visite et le jardin prend vie, animé par les souvenirs d’enfance de mon ami faits de tortues, d’orages, de haricots pour lutter contre les mauvais esprits et du parfum des champs de riz.

DSCF5205
Jamais je n’ai vu de carpes koï aussi grosses ! Certaines étaient vraiment immenses ! Chacune est un tableau à elle seule.
DSCF5206
Le Strolling Pond Garden, avec petite cascade, rai de lumière et bulle d’arc-en-ciel.
DSCF5207
Quand l’eau devient miroir végétal.
DSCF5209
Le jardin naturel était amusant avec ses différents niveaux et ses allées étroites et irrégulières et j’aime beaucoup l’impression que donne Isaiah d’être pris sur le vif.
DSCF5213
Un autre bain de forêt ! Nous sommes sortis du jardin japonais et nous sommes aventurés dans la forêt « profonde » du parc pour visiter le musée forestier (arboretum). Vous rappelez-vous que nous sommes toujours en ville ?
DSCF5214
Un coeur dans la forêt.
DSCF5215
Petites fleurs blanches sur tapis de verdure, et la mousse. Je crois vous avoir déjà dit ce que j’en pensais. Féerique.
DSCF5219
Portrait, perchés sur un arbre. Pour l’anecdote, nous sommes passés une première fois devant cet arbre à la configuration parfaite pour faire un peu d’escalade. Isaiah a alors partagé sa réflexion avec moi, confirmant ce que je pensais déjà. Du coup, lorsque nous sommes repassés devant, impossible de résister à la tentation !

Ann et Kent, les parents de Callie, m’avait dit d’aller absolument faire un tour à Salt & Straw et de faire la queue s’il le fallait ! C’est chose faite (trois fois en tout) et plus qu’approuvée : le sorbet à la fleur d’oranger et pétales de fleurs accompagné de glace au chocolat était à tomber.

Le soir, copain de danse oblige, nous sommes allés danser le West Coast Swing à Portland. Seul petit pépin du séjour, j’ai eu le malheur de danser avec un gentil débutant qui m’a marché sur le pied en m’arrachant l’ongle du gros doigt de pied au passage. Ouille. J’ai donc baptisé ma nouvelle paire de chaussures de danse en bonne et due forme, c’est-à-dire en le payant proprement (quoique…) de ma personne. A retenter, mais pas maintenant !