Avec un titre en clin d’œil à mon article bilan de l’année dernière de l’année dernière, voilà les dernières images concluant ces deux années de ma vie en Californie. A presque deux mois depuis mon retour, il est bien temps de publier officiellement un article pour raconter les évenements qui ont marqué les dernières semaines du semestre, outre mes deux voyages dans le Colorado et dans l’Oregon.

Kathia & Gvantsa Buniatishvili –  Libertango

Et quoi de mieux que Libertango pour animer cet article, morceau qui m’aura accompagnée d’une drôle de manière réapparaissant dans ma vie de manière inopinée : à Boston dans un club de jazz, dans un duo de pianos par deux amis pendant un concert organisé par ma professeure de piano et dans lequel j’ai joué. Le bourdonnement de l’action, l’énergie de l’exploration et des nouvelles expériences, la tristesse due à ce qu’on laisse aussi derrière soi : tout y est dans ce morceau de Piazzolla exprimant la transition vers une nouvelle vie et vers de nouveaux horizons…

N.B. La photo en une de cet article vient d’Ariane !

DSCF4556
Ariane et Alex, le 25 avril à Oldenborg, alors que nous venions d’installer le buffet des desserts pour le dernier événement français pour les étudiants. Notez qu’Ariane a été là pour nous aider à tous les événements depuis que je travaille à Oldenborg !
DSCF4432
Entre-temps, Maggie vient nous apporter ces délicieuses brioches fourrés à la crème d’oeuf et en forme de cochons. J’ai déjà mangé trop de sucre, mais peu importe, j’adore ces choses-là.
DSCF4558
Tadaa ! Voilà les recettes mises au point ce dernier semestre avec Alex pour notre recherche indépendante conduite sous la direction de France Lemoine à Scripps College et qui nous a fait confiance pendant ces quelques mois avec un enthousiasme désarmant ! Notre événement concluait ainsi notre projet avec le test des recettes auprès des étudiants.

 

Mardi 22 Mai 2018, 10h55, dans le FlyAway Bus direction LAX.

Le train est définitivement l’endroit idéal pour la réflexion. Compter le nombre d’articles écrits pour l’Astroniste depuis Août 2016 (155 avec celui-ci), le nombre d’heures passées sur une piste de danse (une dizaine d’heures par semaine), le nombre de pots de glace consommés ces deux dernières années (incalculable), le nombre de fois où ma porte d’entrée s’est refermée sur un visage que je ne reverrai pas avant longtemps, etc. Passés les quelques moments de détresse dus à l’approche du départ, je me sens plutôt sereine. Les distances me semblent désormais moins grandes alors j’ai l’impression que je ne me « débarrasserai » pas des amis et personnes qui ont marqué ma vie en Californie aussi facilement. J’emporte avec moi deux années d’expériences personnelles intenses qui j’espère, me pousseront à m’épanouir encore plus.

« Tu es la personne la plus compliquée que j’ai rencontrée, et je trouve cela beau ! », me dit un jour José. « En fait, je suis une personne compliquée qui aurait voulu être simple ». On rit. Cela me va parce que les moments où je ressemble à la personne que je voudrais être sont de plus en plus fréquents.

DSCF4576
Quelques polaroids pris pendant la soirée : des résidents de langue, des étudiants d’Oldenborg et Guillaume (assorti aux murs de mon appartement !). On peut aussi voir le maquillage que je faisais à Grete avant qu’elle ne parte danser dans le spectacle de danse organisé par Pomona, un des plus beaux que j’aie pu voir (et pour info, on peut danser avec des souffleurs à feuilles !).
DSCF4671
Nous avions laissé des petits cartons à disposition pour obtenir des retours et conclure notre dossier sur une note douce et joyeuse. Depuis, Alex et moi avons franchi une nouvelle étape puisque nous serons à la rentrée prochaine deux étudiantes entrepreneures dans le cadre du programme Pépite à l’Université Bretagne Loire ! C’est parti pour le projet Nos Astra !

 

Aucun regrets sur la dizaine (ok, quinzaine) d’heures passées chaque semaine pour les cours de japonais, enrichissants à tout point de vue. Je peux affirmer sans crainte que c’étaient les cours les plus intéressants auxquels j’ai pu assister dans toute ma scolarité. Me plonger dans un manuel de japonais est donc toujours un plaisir. Ainsi, l’autre grande étape franchie depuis mon retour, c’est mon inscription au D.U. Langue et Culture Japonaises à l’Université de Nantes. J’ai hâte de pouvoir continuer à pratiquer la langue et rencontrer de nouvelles personnes passionnées de culture japonaise. Le prochain grand voyage, c’est le Japon ? C’est le Japon !

DSCF4650
Avec un reste de pâte à crêpes réalisé par mes étudiants, j’ai confectionné ce gâteau arc-en-ciel pour mes classes du lendemain. Malgré l’emploi du temps chargé, j’avais vraiment besoin de prendre deux heures de pause pour faire quelque chose de créatif.
33121529_1752561201468876_6689214982866862080_n
Lors du dernier déjeuner à Oldenborg, Ariane a pris cette photo de la charismatique (admirez donc cette expression faciale !) résidente de… « Langauge » que je suis. Il s’agit de la vidéo de présentation des projets réalisés avec mes étudiants ce semestre.
DSCF4676
Fin des cours et fin des examens (ou à peu de choses près) ! On s’installe dans l’herbe en face du dining hall pour s’improviser des pique-niques qui nous donnent de vrais airs de vacances.
DSCF4680
Dernière soirée avec la Claremont Dance Family. Nous aurons pris plein de photos instantanées afin que tout le monde puisse récupérer un souvenir. Nous nous disons au revoir, mais pas trop quand même, en nous rappelant qu’il reste une petite chance de nous croiser sur le campus. Disons que nos émotions sont plus simples à gérer de cette manière.

 

Cette fin de semestre se fait aussi sous le signe des retrouvailles ! Joaquin est venu rendre visite à sa petite amie pour sa remise de diplôme alors nous avons orchestré tous les deux une surprise à Ariane et Grete qui ne se doutaient pas qu’en venant déjeuner avec moi, elles retrouveraient aussi un ancien copain ! Dans la foulée, Ariane aura perdu une poignée de cheveux arrachés par Grete sous l’effet de la surprise…

 

Tradition oblige, j’assiste à la soirée organisée par I-Place (International Place) sur le campus qui réunit les étudiants étrangers et les résidents de langue. J’ai eu le droit à une sorte de remise des diplômes avec un joli carnet Moleskine et Alex avait été désignée avec deux autres étudiants pour prononcer le discours de fin d’année. Comme l’année dernière, la soirée a été un peu émouvante et parfaite pour conclure le semestre académique. Effectivement, je n’ai pas assisté à la remise des diplômes, préférant partir avec José et Isaiah me mettre au vert…

 

Derniers jours avant que les étudiants ne rentrent chez eux. Mon agenda n’a plus de place pour écrire et je fais des listes à côté pour ne rien oublier. Il faut organiser des dîners, des cafés, des sorties pour dire au revoir. Je fais donc une dernière réserve de glace dans mon congélateur et John nous rejoint pour le dessert avec son entrain et sa bonne humeur habituelle. Aucune photo de John, mais pour l’anecdote, je dirai que notre amitié a même résisté au fait que John a été étudiant dans mon cours de français ce semestre et que nous avons cuisiné ensemble des brownies à l’avocat et au chocolat sans sucre…

DSCF5038
Les étudiants sont rentrés chez eux, mais il reste quelques irréductibles qui viennent profiter de jolis déjeuners faits maison, à base de tarte au saumon et aux épinards, le tout arrosé de bon vin. « Aime la vie » comme indique l’étiquette de notre bouteille de rosé.
DSCF5036
De retour de Denver, Guillaume et Grete viennent me chercher à l’aéroport et nous allons dîner à The Junction pour un dîner « tapas » à base de mozzarella, takoyakis et brochettes de figues et fromage de chèvre. De la cuisine fusion en quelque sorte. Et de la glace à la pistache pour le dessert, bien évidemment.

 

Avant notre randonnée à Hollywood, José m’invite à prendre le brunch chez lui où plusieurs amis sont réunis. Je retrouve Isaac (nous l’avions bien dit que nous pourrions recroiser des gens sur le campus et qu’il ne s’agissait que d’un au revoir !) et Cynthia, sa petite amie. J’ai droit à un pancake énorme et à une ambiance tout à fait chaleureuse, comme pour un dimanche idéal.

DSCF5119
« Les restes façon Grete et Marina » : crudités, salade et houmous, le tout accompagné de rosé appelé « La Belle Vie » ou quelque chose du genre. Grete avait commencé son job d’été, et de mon côté, je finissais de trier, ranger, empaqueter mes affaires. Toujours voisines à Oldenborg, nous nous retrouvions le midi pour déjeuner ensemble et faire une vraie pause (et équilibrée qui plus est !). Pour l’anecdote, José nous avait donné des plats préparés à mettre au micro-onde. Prises au dépourvu (« attends, mais je fais comment ? »), nous avons regardé ces boites de quinoas et edamame comme des bêtes curieuses avant d’en faire une espèce de bouillie un peu spéciale…

 

J’ai passé ma dernière soirée à Los Angeles à Los Globos, une boîte de nuit qui abrite un événement unique en son genre. Un soir à Angel City Fusion, un danseur (que j’ai nommé officieusement Jack Sparrow du fait de son look un peu original) m’invite à aller poursuivre l’expérience de la fusion dance : « The Floor Improv Night, Monday night. » Le problème vient du fait que c’est le lundi soir : pas pratique du tout. Mais puisque le semestre est terminé (et les obligations professionnelles avec), Guillaume vient nous chercher Grete et moi, direction… Pasadena. Nous sommes effectivement allés d’abord dîner dans un restaurant tibétain (le seul authentique de la région !) où un autre ami danseur, Christian, est venu nous rejoindre. Ensuite, nous avons pris la direction de Silverlake (magnifique de nuit !) sans trop savoir dans quoi nous allions nous embarquer…

Un quart d’heure avant le mash-up, la salle est encore vide mais baignée de musique latine. Ruslan Sirota, le musicien invité pour la soirée, nous dit bonsoir avant de monter sur scène. Les gens arrivent petit à petit, une femme vient introduire la soirée : organisme à but caritatif, les bénéfices servent à promouvoir l’enseignement de la musique aux enfants issus de milieux défavorisés. Puis, une danseuse tout de noir vêtue, si ce n’est son borsalino et les diamants sur ses bottines, s’avance. Les gens l’entourent, la musique commence et elle se met à danser une samba endiablée et sensuelle. Le ton est donné. Les danseurs s’enchaînent, tout comme les musiciens, tous plus impressionnants les uns que les autres. Breakdancers, salseros, danseuses orientales,… Une fois, tout le monde danse, une autre fois, des cercles autour de danseurs solos se forment spontanément. Chanteurs, rappeurs et DJs se relaient sur la scène. La musique ne s’arrête jamais et évolue dans une improvisation constante que tout le monde suit. J’ai le coeur qui palpite encore de cette ambiance chaleureuse et de toute cette énergie lumineuse et positive.

 

Dernière journée à Claremont. Isaiah et moi avons atterri à Los Angeles le dimanche, et après l’avoir aidé à déménager ses affaires pour son installation dans son nouvel appartement pour l’été, nous sommes allés faire un tour dans le Wilderness Park. Pour l’anecdote, nous avions déjà essayé de faire deux fois la randonnée tous les deux, mais deux fois, nous avions été refoulés à l’entrée à cause des risques d’incendies. La troisième, c’est la bonne (même si on a conservé le suspense jusqu’au bout !). Avec le recul, pouvoir partir m’exiler dans la nature le week-end est définitivement une des choses qui me manquent le plus depuis mon retour.

Le lendemain, jour du Memorial Day, Isaiah m’emmène (encore !) manger une glace (menthe et fleur d’oranger) chez Bert & Rockys dans le Village, prolongeant encore le doux sentiment de vacances et d’insouciance ressenti à Portland. Enfin, Guillaume vient me chercher à Oldenborg pour me déposer à l’aéroport, dernier visage familier pour sceller le chapitre californien de ma vie…