Je vous écris actuellement du bus de Pomona sous le magnifique coucher de soleil californien ! Mais aujourd’hui, point de désert. C’est une belle journée pour découvrir un des trésors artistiques et verdoyants de la région : les musées, bibliothèques et jardins à The Huntington, Pasadena. Depuis le temps qu’on m’en parlait…

DSCF1800
Luxuriants ! C’est le premier mot qui me vient à l’esprit pour qualifier les différents jardins du site. On se demande même comment il est possible d’avoir autant de verdure dans cette zone au climat supposé désertique. Je revois Hugo, avec ses airs de Droopy, lâcher un seul mot : « abondance ».
DSCF1796
The Huntington a été fondé en 1919 par Henry… Huntington : il s’agit d’une institution de recherche privée et sans profit. Le lieu abrite une collection d’art, de manuscrits et de végétaux tout à fait incroyable. Par exemple, j’ai entendu dire qu’une Bible imprimée par Gutemberg se trouve exposée ici.

Ci-dessus, l’Orbit Pavilion est une installation sonore réalisée par Caltech et la NASA qui permet d’écouter le mouvement des satellites de la NASA en orbite autour de la Terre. Cela peut sembler un peu obscur, aussi j’ai trouvé une vidéo sur Youtube qui permet d’apporter quelques explications. L’expérience est particulièrement fascinante et comme tout ce qui trait à l’astronomie, m’a permis de complètement restaurer ma santé mentale. Bon, cela doit aussi vous paraître bizarre, mais c’est véridique ! On relativise nettement mieux face à l’immensité et l’harmonie de l’Univers… Et si vous avez un peu de temps, Neil DeGrasse Tyson, le (probablement) plus grand astrophysicien américain, explique très bien ce phénomène dans The Cosmic Perspective.

DSCF1816
Revenons à nos moutons, jardins, sculptures, peu importe. J’aime découvrir au détour d’un chemin ces petits endroits secrets où il fait bon de se reposer quelques instants.
DSCF1821
Un petit chemin pavé qui me fait penser à Alice au Pays des Merveilles. Quelqu’un intéressé par une partie de croquet ?

Plusieurs jardins en un : le jardin shakespearien, la roseraie, le jardin japonais, le jardin chinois, le jardin australien, etc. L’endroit est immense donc notre première visite s’est cantonnée aux jardins et encore, en un peu plus de trois heures, nous n’avons pas pu explorer tous les différents jardins. Mais ce n’est pas grave, je compte bien revenir dans les parages, en mars si possible, pour le Hanami ou festival des cerisiers en fleurs…

DSCF1826
Ces petites références antiquisantes dans le jardin « Shakespearien » me font penser à la Garenne-Lemot à Clisson…

La roseraie se fait sentir à des kilomètres… Les garçons plongent leur nez dans chacune des roses dont le parfum est particulièrement entêtant.

DSCF1843
Le jardin japonais se présente comme un véritable tableau !

Je renoue avec mes amours d’histoire de l’art dans le jardin japonais. Tel un tableau, on l’apprécie mieux en prenant de la distance et en se postant à différents endroits pour l’observer. On peut également rejoindre une maison traditionnelle japonaise aux fenêtres grandes ouvertes afin de nous laisser apercevoir l’agencement et la décoration intérieure. Vous prendrez bien une tasse de matcha ?

DSCF1864
Le jardin zen, paraissant d’après moi, être construit dans les règles : fermé, mais pas coupé du monde extérieur. On s’intalle sur un banc et autant auparavant, j’avais toujours trouvé ces jardins-là mignons, autant aujourd’hui son caractère méditatif m’a énormément touchée.
DSCF1877
On avait tous besoin de faire une pause, je crois. Petite sieste dans l’herbe, écourtée par l’arrivée d’un groupe de moustiques venant de l’étang voisin.
DSCF1879
Après le jardin japonais, allons explorer les contrées subtropicales !

Nous enchaînons grandes étendues vertes et petits chemins abrités, nous perdons de vue à un croisement, et nous nous retrouvons au détour d’un autre. Quelques fois, le caractère du jardin change de manière abrupte, mais la plupart du temps, le passage d’un jardin à un autre se fait tout en douceur, si bien qu’il faut s’arrêter pour se rappeler que nous venons d’un endroit complètement différent. Une sensation que la photographie ne traduit pas très bien…

DSCF1897
Ah, quelque chose de familier !
DSCF1899
Une touche de rose très fantaisiste dans le jardin désertique. Si fantaisiste que je me demande vraiment si un tel arbre peut pousser dans un désert.
DSCF1906
Sans transition, de l’eau et de la rocaille ! On s’aventure dans le jardin chinois. J’aime le sens du détail avec une sculpture qui ne se remarque que si on prête vraiment attention à ce que l’on a sous les yeux.
DSCF1908
Notre pause « The Pavilion for Washing Away Thoughts » est mon souvenir le plus précieux de cette visite. On rejoint cet endroit un peu par hasard, car le chemin se trouve caché entre deux jardins et ne mène nulle part ailleurs.

J’aimerais revenir, le temps d’un paragraphe, sur « The Pavilion for Washing Away Thoughts » (qu’on pourrait peut-être traduire par le « pavillon pour nettoyer et libérer ses pensées). Ce petit pavillon porte étrangement bien son nom. J’ai passé quelques semaines assez stressantes dernièrement, au point de faire moins attention à mon sommeil (la sonnette d’alarme dans mon cas). Le bruit de l’eau, la position isolée et la fraîcheur de l’endroit m’ont apporté tout ce dont j’avais besoin pour me recentrer. Je repense souvent à ce pavillon dans les moments de « rush »…

Le jardin chinois s’est présenté comme mon coup de coeur parmi tous les jardins présentés. On croise Maggie, la résidente de langue chinoise (où était-elle passée ? Aucune idée !), qui hausse les épaules : « c’est très normal par chez moi »… Soit. L’architecture est incroyable et tout le jardin s’organise autour de ce grand étang miroir très paisible. Dépaysement garanti, sauf pour Maggie.

DSCF1953
Les reflets sublimes des arbres et des petits ponts… Notez aussi les montagnes à l’arrière-plan qui nous rappellent que nous sommes en Californie et qui permettent également d’élargir la scénographie du jardin vers l’infini !
DSCF1956
Je termine sur cette dernière image avec vue sur le jardin chinois, prise derrière une chute d’eau.