Ebnat-Kappel : après la pluie

« Je respire mieux ici ». J’ai dû répéter cette phrase une bonne quinzaine de fois en l’espace de quelques jours. Pouvoir prendre de grandes bouffées d’air frais et respirer librement est devenu, pour ma part, quasiment un luxe ces derniers mois. A Ebnat-Kappel, chez les grands-parents de Ryan, Sula et Turi, nous nous couchons tôt et nous nous levons tôt. Cela nous va étrangement bien. « Il faut choisir l’emplacement de la maison en fonction de son rythme de sommeil pour profiter de toute la lumière », dira Sula. La vue sur les montagnes et les vallées vertes, le bois odorant qui craque sous les pieds dans le chalet labyrinthique et cosy, la prévenance et la générosité de la famille de Ryan, la découverte des souvenirs familiaux, j’ai tout gardé précieusement pour les jours de grand froid.

Lire la suite « Ebnat-Kappel : après la pluie »

La tête dans les poissons : histoires de méduses, de bélugas et de planète rouge à Valencia

C’est un peu étrange d’écrire sur ses voyages passés en ce moment. Alors que nos vies viennent de basculer calmement et sûrement, il m’est toujours agréable, confortable d’être ici à bloguer. Il s’est donc écoulé un mois depuis mon voyage à Valencia, où je me promenais dans les rues, en plein air, et je marchais, marchais, marchais. Une heure et demi de marche entre mon appartement et ce musée ? Marchons donc. Une heure pour rejoindre la plage la plus proche ? Deux heures pour cette autre plage qui a l’air un peu plus originale ? Marchons encore. Je suis arrivée à minuit à Valencia et je savais que je ne voulais pas trop me poser de questions sur la direction à prendre lors de mon premier jour. J’ai donc passé la journée à la Cité des Arts et des Sciences pour visiter l’Oceanogràfic, le plus grand aquarium d’Europe, ainsi que le musée des sciences et l’Hemisfèric ou planétarium. Une journée parmi les touristes, mais pour une fois, c’était bien d’être dans les sentiers battus.

Lire la suite « La tête dans les poissons : histoires de méduses, de bélugas et de planète rouge à Valencia »

« Quand on ne fait rien, on est utile à tou.te.s »

Du temps ! Le 8 février dernier, après quelques journées et soirées intenses, cinq heures de sommeil par nuit, j’avais encore de l’énergie pour aller au Lieu Unique et aller aux Rencontres de Sophie, un cycle de conférences en philosophie qui avait pour thème « Habiter la Nature ». Mieux encore, j’avais vu passer le nom « Gilles Clément », un nom qui m’était familier lorsque j’étudiais les jardins et je me rappelle avoir même été un peu triste de ne pas avoir pu caser une référence ou deux dans mon mémoire (ce n’était pas tout à fait le même sujet). Les concepts de jardin en mouvement et de jardin planétaire me parlent et j’étais vraiment curieuse d’écouter ce qu’il avait à nous raconter…

Lire la suite « « Quand on ne fait rien, on est utile à tou.te.s » »

De Haapsalu à Parnü : terminus dans la capitale de l’été et des tourbières

Tchou ! Tchou ! Un ferry et un stop dans une gare ferroviaire plus tard, nous voilà à Pärnu, surnommée la capitale de l’été. Plus touristique, on y fait de drôles de découvertes : expositions bizarres, rencontres avec chien, chat et grenouille, et une sublime tourbière pour faire le plein d’air pur et de nature avant de retrouver la ville animée et un chouïa plus grise. Cet article signe la fin de l’été sur le blog et le début de la saison des tartes à la citrouille (j’en ai déjà mangées deux !), du parfum de la cannelle mélangée à la muscade et des soirées films + tricot.

Lire la suite « De Haapsalu à Parnü : terminus dans la capitale de l’été et des tourbières »

Kew Gardens à Londres : fleurs sauvages et faune locale (2/2)

Second volet de notre visite à Kew Gardens, qui méritait bien deux articles. Le jardin est tellement grand que nous avons parfois l’impression d’en visiter plusieurs à la fois tant les scènes sont différentes. Malgré la fatigue, nous sommes allées à la découverte de chaque lieu, chaque nouveau décor en appelant un autre.

Lire la suite « Kew Gardens à Londres : fleurs sauvages et faune locale (2/2) »

London calling : une randonnée dans la ville (2/3)

Après une matinée ensoleillée à Greenwich, nous avons décidé de parcourir la ville d’Est en Ouest jusqu’à notre studio en passant le long de la Tamise et près de plusieurs lieux emblématiques de la ville. Pas de renard aujourd’hui, mais des oiseaux et des écureuils. J’ai trouvé Greenwich particulièrement agréable (et cela fera l’objet d’un article un peu plus tard) alors j’étais dans mes meilleures dispositions pour me promener dans Londres qui jusque-là m’avait laissée un peu de marbre…

Lire la suite « London calling : une randonnée dans la ville (2/3) »

Des Américains gourmets : Vérines-Rochefort-Bordeaux (1/2)

Accompagner des étudiants américains expatriés à Nantes pour un week-end pédagogique autour de la gastronomie française ? J’ai connu de pires journées. Au programme pour cette première journée : visite d’une chèvrerie, petit arrêt à Rochefort, promenade épique dans Bordeaux et dîner dans un charmant restaurant au premier étage d’un immeuble. Le professeur de gastronomie était un peu inquiet vis-à-vis de la situation « gilets jaunes », néanmoins tout s’est bien déroulé et nous avions des étudiants au top. Mieux encore, le temps était magnifique et j’ai l’impression d’avoir (re)découvert une partie du patrimoine gastronomique français. Que demander de plus ?

Lire la suite « Des Américains gourmets : Vérines-Rochefort-Bordeaux (1/2) »

Angers au milieu de la brume, des tapisseries et des champignons

Pendant les vacances d’hiver, Alex et moi nous sommes rendues à Angers un jour de brouillard épais. Initialement, nous souhaitions faire un peu de tourisme et passer la journée à flâner dans la ville, mais avec ce drôle de temps, nous avons décidé de faire le tour du Musée de la Tapisserie consacré à l’artiste Jean Lurçat et d’écourter notre visite pour rentrer à Nantes après le déjeuner. Néanmoins, c’est toujours amusant d’explorer une ville dans ces conditions : le matin dans la brume, Angers a des allures de ville-fantôme contrastant avec les tonitruants travaux sur le boulevard Saint-Michel qui sont pires qu’à Nantes (et il faut vraiment y aller pour faire pire qu’à Nantes !).

Lire la suite « Angers au milieu de la brume, des tapisseries et des champignons »

Moments tout doux dans la bohème Olympia

Jeudi 27 Décembre 2018, Traditions Café, Olympia, WA.

Plus que quelques jours avant 2019. C’est étrange comme le passage vers une nouvelle année nous donne l’impression que nous pouvons prendre un nouveau départ. En tout cas, c’est cette impression que j’ai aujourd’hui. Olympia est un peu plus lumineuse sous les éclaircies et je me suis échappée pour arpenter la ville seule. J’y ai retrouvé l’ambiance des quartiers résidentiels de Seattle, verte et paisible. Le centre-ville est truffé de petites boutiques à l’allure vintage, un brin ésotérique, un chouïa bobo, pour ne pas dire hippie.

Lire la suite « Moments tout doux dans la bohème Olympia »

Sur la route : trois Etats, depuis le Golden Gate en Californie jusqu’à Olympia, Washington.

De Claremont à Olympia, il y a donc 1250 miles, en prenant l’itinéraire touristique le long de l’océan. Je n’ai pas pris beaucoup de photos, attendant d’être arrêtée pour pouvoir prendre le temps de capturer une vue. Nous n’avons pas non plus choisi le meilleur sens pour un road-trip puisque nous avons quitté le désert du sud de la Californie pour les régions plus humides de l’Oregon et de Washington. Cet article commence à San Francisco où nous avons passé un peu de temps pour voir Guillaume et nous emmène le long de la Route 101. J’avais très envie de voir l’océan donc Isaiah m’a laissé planifier l’itinéraire de telle sorte à ce que nous nous arrêtions en bord de mer. J’étais déjà amoureuse des forêts verdoyantes et des pins majestueux ; les vues sur l’océan ne déçoivent pas non plus, malgré la météo particulièrement capricieuse.

Lire la suite « Sur la route : trois Etats, depuis le Golden Gate en Californie jusqu’à Olympia, Washington. »

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑