La tête dans les poissons : histoires de méduses, de bélugas et de planète rouge à Valencia

C’est un peu étrange d’écrire sur ses voyages passés en ce moment. Alors que nos vies viennent de basculer calmement et sûrement, il m’est toujours agréable, confortable d’être ici à bloguer. Il s’est donc écoulé un mois depuis mon voyage à Valencia, où je me promenais dans les rues, en plein air, et je marchais, marchais, marchais. Une heure et demi de marche entre mon appartement et ce musée ? Marchons donc. Une heure pour rejoindre la plage la plus proche ? Deux heures pour cette autre plage qui a l’air un peu plus originale ? Marchons encore. Je suis arrivée à minuit à Valencia et je savais que je ne voulais pas trop me poser de questions sur la direction à prendre lors de mon premier jour. J’ai donc passé la journée à la Cité des Arts et des Sciences pour visiter l’Oceanogràfic, le plus grand aquarium d’Europe, ainsi que le musée des sciences et l’Hemisfèric ou planétarium. Une journée parmi les touristes, mais pour une fois, c’était bien d’être dans les sentiers battus.

DSCF0090
Le Palais des Arts de la Reine Sophie, une salle de spectacle qui d’extérieur me fait penser au casque de Dark Vador.
DSCF0093
La Cité des Arts et Sciences est un vrai bijou architectural. N’importe quel point de vue est photogénique.

Je suis arrivée de bon matin sur les lieux et il n’y avait quasiment personne. Au coeur de la ville, la cité s’étale avec son architecture organique et claire. Tant d’espace et de clarté dans la ville renforcent la majesté du lieu, par contraste avec la ville dense. Comme la Space Needle à Seattle, je ne sais pas si le style est futuriste ou résolument rétro… Rétrofuturiste peut-être ? Où sont les soucoupes volantes ?

DSCF0103
Une drôle de sphère est visible au loin dans l’aquarium. Je me demande ce que c’est.

Après avoir flâné dans cette cité dans la ville, je me dirige vers l’aquarium. Ah, tout le monde est là. Je tombe nez-à-nez avec des méduses et je me dis que c’est ce que je vais chercher aujourd’hui : des animaux qui dansent. Le lieu est immense et après avoir déambulé parmi plusieurs salles, je trouve ce que je cherche. Les méduses dansent dans l’aquarium et le temps s’écoule un peu plus lentement. J’avais vraiment besoin de ralentir et c’est plutôt ironique d’écrire ça maintenant.

DSCF0109
Je n’ai jamais visité de grand aquarium ou alors je n’en ai pas de souvenir. La muséographie est parfois très ludique, comme ces petites bulles qui permettent de complètement s’immerger… et okay, c’est un mauvais jeu de mots.
DSCF0138
Ces tunnels sont magiques. Lever les yeux au ciel et y trouver des poissons est une sensation incroyable.
DSCF0140
En plein milieu du tunnel, on est en plein milieu de l’Atlantique. Génial !
DSCF0112
Un aquarium d’un autre genre, avec des poissons rouges d’un autre genre aussi. Ou alors des ibis dans une volière.

C’est un aquarium, mais on trouve autre chose que des poissons. Dans tous les cas, ça me va parce que… je suis dehors et qu’à Valencia, tant que je suis dehors, eh bien je suis heureuse.

DSCF0149
D’un point de vue botanique, c’est également curieux !
DSCF0150
Des asparagus ! J’en ai un à la maison et je comprends mieux pourquoi il veut que je le rempote souvent… Il va devenir immense !
DSCF0141
Bienvenue dans le cabinet de curiosités de l’aquarium. Le plastique est recyclé pour faire ces étranges créatures colorées.
DSCF0142
Un petit air de Chihuly, non ?
DSCF0152
Un béluga ! C’est la seule photo que j’ai prise à la volée, car comme avec les méduses, je suis restée à les observer pendant un très long moment dans leur ballet aquatique. Un faciès étrange, sorti d’un autre monde, des expressions très humaines, je suis restée émerveillée face à ces animaux que je voyais pour la première fois de ma vie. Il y a une espèce de langueur et en même temps, tellement de mouvement et de vie dans ces grands êtres majestueux : j’en suis encore très émue.

Dans le musée des sciences, deux expositions temporaires étaient présentées : une sur le cerveau et le langage et une autre sur Mars. J’étais donc aux anges ! La première exposition était plutôt marrante avec des découvertes un peu curieuses : saviez-vous que l’intonation des pleurs d’un bébé change en fonction de sa langue maternelle par exemple ?

DSCF0166
« This is Mars »… Les documents d’archives sur l’exploration spatiale me font toujours autant vibrer ! C’est du rêve pur couché sur des pages de magazine.
DSCF0161
Laissons les enfants s’exprimer sur le sujet ! Un vrai moment de joie.
DSCF0164
Hmm, il fait un peu froid sur Mars, non ?
DSCF0170
Plus que les découvertes scientifiques, j’aime l’imaginaire qui se créé autour d’un sujet. La science-fiction, les Martiens, l’esthétique rétro-futuriste… J’aime beaucoup observer la manière dont on s’approprie un sujet. Par exemple, je n’ai jamais aimé l’histoire de l’art médiéval, par contre, j’adorais les cours sur l’influence du Moyen Âge dans l’art du XIXe siècle. Alors, croiser des Martiens, c’est toujours très enthousiasmant, qu’ils soient gentils ou moins gentils.

Au fur et à mesure de ma visite, je pèse le pour et le contre : pourrais-je aller vivre sur Mars ? Il fait froid. Mais j’aurais plus de temps dans une journée. Il y a des radiations. Mais les couchers de soleil sont bleus ! C’est un aller simple. Bizarrement, en période de confinement, ça ne m’impressionne plus autant que ça.

DSCF0181
Les petites punaises indiquent les endroits d’atterrissage (a(mars)issage ?) possibles.
DSCF0183
Projet Lavahive par Dmitri Zhuikov, Arina Ageeva et Krassimir Krastev en 2013. Un exemple d’habitation possible pour se protéger des radiations. Je trouve ça intéressant car cela permet de réutiliser des bouts du vaisseau qui a permis d’arriver sur la planète.
DSCF0189
Voler sur une chaise en osier. Cette classe.
DSCF0190
En sortant du musée, je tombe sur de petits oeufs en train d’éclore. C’est touchant, et en même temps, je pense que ces poussins voudraient voir leur maman, non ?
DSCF0194
C’est la fin de la journée ! Après une petite sieste au soleil dans l’herbe, je pars vers l’Hemisféric, pour aller voir Apollo 11 : first steps. Le planétarium est immense et même si j’ai déjà vu plusieurs films sur la conquête lunaire aux Utopiales, je suis toujours autant émerveillée devant les images d’archives, ce voyage complètement fou et qui a connecté tant d’humains entre eux…

Un commentaire sur “La tête dans les poissons : histoires de méduses, de bélugas et de planète rouge à Valencia

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑