Jérémy est venu me rejoindre en Estonie quelques jours après mon arrivée à Tallinn. Grete nous avait proposé de sortir hors de la capitale et des sentiers battus (c’est le cas de le dire !) pour découvrir un peu les alentours… Dans la même journée, nous sommes allés vers le sud-est, dans les tourbières de Kakerdaja, à soixante-dix kilomètres de Tallinn, avant de nous diriger vers l’Ouest jusqu’à Padise, puis de descendre encore plus bas vers le sud-ouest jusqu’à la ville balnéaire d’Haapsalu.

Mon  appareil photo n’est pas trop fait pour les films, néanmoins, sur un coup de tête, je me suis simplement dit « pourquoi pas une vidéo ? ». Quelques clichés viennent compléter le résultat (ci-dessus), ainsi qu’un peu de texte pour partager mes impressions avec vous. Autant vous dire que Jérémy et moi avons été complètement conquis par les paysages et villes que l’on découvrait au fur et à mesure de notre visite. Grete, guide enthousiaste, ainsi que sa famille très bienveillante, nous ont fait faire une visite aussi complète que possible, truffant le tout d’anecdotes sur l’histoire du pays, la culture estonienne ou même leur histoire familiale. Ces deux journées passées en leur compagnie m’ont laissé un souvenir très doux, comme une cabane baignée de soleil en plein milieu de la forêt estonienne…

01
Le chien de Grete, boule de poils géante et énergique, nous a accompagnés à Kakerdaja : patauger dans les tourbières ? Même pas peur. C’est la première fois que je voyais des tourbières de mes propres yeux. Le mélange des couleurs qui s’étalent sous nos yeux est indescriptible. Les planches qui nous permettaient de nous promener au milieu de ce paysage me donnaient l’impression que j’avais pénétré dans un tableau (de Turner) et que je marchais sur des planches afin de ne pas abîmer la peinture fraîche… Magique.

 

 

 

 

 

02
Petite photo de groupe devant un étang. On remercie une fois de plus le retardateur et le panneau descriptif qui a permis de tenir l’appareil photo. Notez la présence du monde fou qui se promenait ce jour-là dans cet endroit aussi féerique.
06
Reprenons la voiture, direction le monastère de Padise !

L’absence de réglementation concernant la sécurité transforme le monastère en véritable terrain de jeu pour ceux qui voudraient jouer les explorateurs en herbe. On escalade les murailles, on grimpe sur les charpentes, on s’engouffre dans d’étroits couloirs ou on emprunte de très hautes marches d’escaliers desquelles sifflent le vent pour accéder à une tour donnant une vue imprenable sur le paysage.

07
Après l’effort, le réconfort ! Dans le manoir à côté du monastère, on profite d’un café et d’une pâtisserie que Grete m’a traduit comme étant un « baiser » : une pâte sablée, une sauce à la cerise, et une couche de blancs d’oeuf montés en neige.
09
On reprend la voiture une nouvelle fois en direction d’Haapsalu, charmante ville au bord de la mer. Sur cette image, vous pouvez voir le palais épiscopal datant du XIIIe siècle se découper en ombres chinoises : cela lui donne un petit air gothique, non ? Si vous n’êtes pas convaincus, nous avons aussi des histoires de dame blanche venant hanter ces lieux lourds d’histoire…
10
Au café Müüriääre. J’ai goûté de l’argousier pour la première fois de ma vie !
12
Que serait Haapsalu sans son front de mer ? La ville est célèbre dernièrement, car elle a servi de décor pour le film The Fencer (que je n’ai toujours pas vu, mais qui a l’air chouette !)

Le lendemain, c’est le père de Grete qui prend le relais, et nous emmène voir la plage de Vääna-Jõesuu, la falaise de Türisalu et le manoir de Keila-Joa.

15
La plage : notez une fois de plus la foule…
17
Keila-Joa, une belle demeure située près de la maison de la famille de Grete. Comme d’habitude avec Jérémy, on préfère toujours le petit cottage à côté du palace…
16
A Keila-Joa, le jardin n’est pas extraordinaire, mais le décor naturel rattrape facilement le tout.
18
Le lion le plus aimé d’Estonie ! (derrière nous, c’est un copain de Pomona College qui faisait son stage à Tallinn… Le monde est petit !)