De Nantes à Poitiers, suite et fin de l’été indien

Sale temps pour les envies de voyages et de sorties. Je viens d’ailleurs de réécrire la phrase précédente qui ressemblait à « Sale temps pour les envies de voyages et de voyages », preuve que ce n’est vraiment pas simple en ce moment. J’ai envie de Bardenas Reales, de Colorado Provençal et de Griffith Observatory. J’ai beau me dire qu’il y a pire, chaque fois qu’un élève au lycée me dit que « ça n’a pas de sens », j’arbore mon plus grand sourire forcé et masqué, mais au fond, je vacille un peu… et la vie continue. Nous pouvons encore sortir, nous rencontrer dans la rue, et au musée, parfois au restaurant, et nous pouvons même encore danser ! Dans cette ambiance de « stand-by », j’essaie de chasser cette pensée que le pire reste à venir même si elle a étonnamment du bon aussi ! Parce oui, si le pire est à venir, autant décomplexer et faire les choses qui comptent vraiment pour nous, non ?

opéra graslin et cascade
Le Voyage à Nantes a encore frappé fort en installant une cascade sur la façade de l’Opéra Graslin. Ceux ou celles qui ne sont jamais venu.e.s à Nantes ont encore du mal à saisir à quel point nous sommes fous et folles. Mais qui installe une cascade en plein centre-ville ?

Après cette introduction un peu nostalgique, il faudrait peut-être que je vous parle de l’objet de cet article. Ryan est en télétravail à Nantes alors je lui fait découvrir les folies nantaises avec le Voyage à Nantes. Fin septembre, nous sommes également allés au Let it WCS, un festival de West Coast Swing près de Poitiers, dans un parc à thème appelé DéfiPlanet’ à Dienné. Je ne vous raconte pas à quel point il est compliqué de faire une réservation pour un groupe de dix personnes lorsqu’une voix enjouée au téléphone déclame « Bienvenue dans le pays des lutins et des farfadets ! ». La danse nous emmène parfois dans de drôles d’aventures…

Manneken Pis féministe
Une version féministe du Manneken-Pis par Elsa Sahal… et une des premières oeuvres du Voyage à Nantes à avoir été vandalisée…

 

salade composée
Finies les belles salades multicolores de l’été. Place aux soupes !

 

Ryan et Stormy
Quand Ryan prépare ses affaires pour rentrer à Paris, Stormy vient lui faire des câlins pour tenter de le garder à Nantes. Elle a effectivement trouvé son meilleur compagnon de sieste et passe ses journées sur les genoux de Ryan. Pendant l’heure du déjeuner, elle reste sur la chaise du bureau pour garder la place au chaud et qui sait, peut-être même qu’elle répond aux e-mails…

 

nefs nantes
Sous les nefs au Musée des Machines de l’Ile.

Lorsque l’on visite Nantes, les Machines de l’Île est un passage obligatoire ! Cela fait quatre ou cinq fois que je visite le musée, et je suis toujours émerveillée. Il y a toujours des nouveautés et l’ambiance steampunk est vraiment inspirante. La frustration reste cependant la même à chaque visite : j’ai envie de tout manipuler et de tout essayer !

l'arbre au hérons
Exploration de l’Arbre au Hérons. On est déjà un peu dans les nuages et pourtant, ce n’est qu’un prototype.

Sur le Quai des Antilles, on fait un détour par la Cale 2 Créateurs pour voir des pros de la danse et de la corde à sauter, et voir l’exposition de photographies Universelle.

Aydin Büyüktas
Des photographies d’Aydin Büyüktas, avec des images incurvées qui sont à la fois étranges et fluides.
Autoportrait
Petit autoportrait parmi les grandes photographies

Juste à côté de la Cale 2 Créateurs, on peut retomber en enfance en sautant sur les cratères-trampolines de l’installation On va marcher sur la Lune.

hab galerie
A la HAB Galerie, on va voir l’exposition Automatic Revolution par Martine Feipel et Jean Bechameil.

Certaines oeuvres sont vraiment sympathiques avec de jolis jeux de formes et de hasard, d’autres sont franchement énigmatiques…

transfert avec Mika et Justine
Nous sommes de retour à Transfert avec Mika et Justine ! On veut prendre l’apéro et voir des spectacles de danse, mais le temps est glacial…
hot-dog vegan
En conséquence, on dîne rapidement avec un chouette hot-dog (le même que la dernière fois, mais dans sa version vegan qui est tout aussi délicieuse !) et on regarde deux minutes d’un spectacle de danse avant de se dire qu’il fait vraiment trop froid. Tout le monde à l’appartement pour une soirée dansante improvisée (sans spectacle, mais avec du pop-corn !)

De retour à la maison, la rentrée s’est organisée tranquillement. On s’occupe du chat, des plantes (ci-dessus, une trouvaille de la Folie des Plantes ! _c’était ouvert cette année, mais sans expositions) et on cuisine toujours énormément. Pour le festival de danse près de Poitiers, j’ai passé le vendredi en cuisine pour ne pas avoir à cuisiner quoique ce soit sur place. Mission réussie !

fenêtre ronde dans la forêt
Le matin, après une belle soirée dansante, on se réveille avec cette vue par la fenêtre.
roulotte
Effectivement, au DéfiPlanet’ (vous vous rappelez, le monde des lutins et des farfadets ?) on danse et on dort dans des habitations insolites. Nous étions dix et pour l’occasion, nous avions réservé un chalet et cette charmante roulotte.

Si la roulotte ne vous convient pas, vous pouvez toujours dormir dans la maison-lapin ou la maison-poule !

maison poule
En plus, la maison-poule est très « méta » avec un poulailler (et de vraies poules !) à l’arrière.
Ryan dans les arbres
L’année dernière, je n’avais pas vraiment aimé les cours de danse au festival de Poitiers. Pour être tout à fait honnête, je suis finalement allée à ce festival surtout parce que cela était une occasion de danser. Ryan et moi avons donc pris un pass soirée et pendant que nos ami.e.s étaient en train de suivre les cours, nous avons fait de l’accro-branche !
Ryan à l'accro-branche
Tête heureuse, avant la pluie.
paysage dienné
L’endroit est vraiment joli, mais notre promenade dans les arbres est un peu gâchée par la pluie. A la fin du dernier parcours, on renonce à la maxi-tyrolienne de 400 mètres de long car on est trempés jusqu’aux os.
toboggan accrobranche
Fin de parcours ! Je suis descendue de ce toboggan, sur le dos, la tête la première. En bas, les gens se moquent de ma manière d’emprunter le toboggan jusqu’à ce qu’une responsable rétorque que c’était bien la manière la plus efficace de descendre le toboggan. Et na ! Je regagne un peu de fierté malgré l’effet « serpillière » de la descente.
groupe de copains et copines dans le chalet
Danseurs et danseuses de Nantes et de Paris dans le chalet. Je me sens un peu nostalgique…

Le samedi soir, le thème de la soirée est « habillez-vous selon le style de votre décennie de naissance ». Mika joue le jeu à fond, et moi, je me remémore ce festival de danse à chaque fois que j’entends un boys band tel que les Backstreet Boys…

2 commentaires sur “De Nantes à Poitiers, suite et fin de l’été indien

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑