Le festival du Café chez l’Habitant à Hiiumaa

Après avoir passé un temps à Saaremaa et Muhu, nous voilà sur la deuxième plus grande île d’Estonie, Hiuumaa. Nous sommes arrivés en fin de journée, prêts à assister au festival du Café chez l’Habitant. Dans ce festival, plusieurs familles habitant sur l’île ouvrent les portes de leur maison aux visiteurs le temps du week-end pour offrir un café. Le concept est un peu plus poussé puisqu’il est possible de rester flâner dans le jardin, de manger, de jouer à des jeux ou d’écouter des concerts. D’après ce que j’ai compris, tous les membres d’une famille sont mis à contribution pour faire en sorte que les visiteurs passent un bon moment… et c’est le cas !

Lire la suite « Le festival du Café chez l’Habitant à Hiiumaa »

Maliciosa Deliciosa : du blues et des montagnes

« I’m tired, but happy ». Leigh approuve, me répond que c’est exactement la manière dont elle résumerait son état en ce dimanche matin, après une nouvelle soirée dansante encore bien animée, et qui s’est évidemment terminée très tard (ou très tôt).

Lundi, quelques jours avant le départ, j’ouvre mon agenda et réalise que je pars à Madrid en fin de semaine. Oh secours. J’avais presque oublié, tiens. Et j’ai un million de choses à faire et je ne me sens absolument pas prête. Ce qui signifie aussi que j’ai grandement besoin de me mettre au vert quelques temps et que c’est plus qu’urgent. J’avais été une des premières à m’inscrire à ce petit festival de blues au nom énigmatique (La Maliciosa !) et à ce moment-là, j’ignorais complètement à quel point le printemps serait fort en émotions et que ce microcosme bluesy perdu dans la Sierra deviendrait un pèlerinage salvateur. Bienvenue à La Maliciosa Blues Fest.

Lire la suite « Maliciosa Deliciosa : du blues et des montagnes »

« Sur l’Erdre, voguent petits et grands bateaux » et autres histoires de canards, de jardinage et de cité médiévale

Comme d’habitude, j’ai toujours un temps de retard dans la narration de mes histoires. Ma consommation de mouchoirs n’a pas baissé : quand ce n’est pas le pollen, ce sont les larmes, et quand ce ne sont pas les larmes, c’est un rhume carabiné digne d’un mois de janvier. Alors j’ai ressorti les bottes et les promenades sur l’Erdre ou au bord de la mer ne sont qu’un vague souvenir, sans mauvais jeu de mots. Vivement le retour du soleil…

Lire la suite « « Sur l’Erdre, voguent petits et grands bateaux » et autres histoires de canards, de jardinage et de cité médiévale »

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑