De la neige et des aliens à Gruyères

En Suisse, il est possible de prendre un pass journalier permettant de voyager dans tout le pays librement. Un peu après Noël, Ryan m’a emmené à Gruyères en Gruyère, district (comté ? haha) où les musées et restaurants étaient encore ouverts. Nous avons pris le train très tôt le matin et avons filé vers les paysages enneigés en regardant le soleil se lever.

Vue du train entre Genève et Gruyère
Ah le voilà, notre cliché suisse avec ses vallées enneigées !
Enceinte de Gruyère
Arrivés à Gruyères, il fait encore un peu sombre et frais. On a l’impression d’arriver un peu avant que le village ne s’éveille.

Dans Gruyères, pas un chat (enfin si, un). Le village est réputé pour être touristique, pourtant tout était très calme. Nous étions seuls dans le musée du château, seuls dans le musée Giger (et j’aurais préféré qu’il y ait un peu de monde parce que c’était un peu glauque…).

Ryan et un chat devant le château de Gruyère
Ryan et moi faisons connaissance avec les locaux à vibrisses.
Vue sur l'église de Gruyère depuis le château.
Avec les montagnes, on peut prendre le temps de voir le jour se lever. C’est une sensation assez magique.
Un vieux calendrier de l'Avent
Dans le château, l’exposition temporaire portait sur un sujet original : le calendrier de l’Avent ! Le premier calendrier remonte à 1903 et il en existe de toutes les formes. Depuis cette visite, j’ai très envie de coder un calendrier de l’Avent rigolo (et sans l’affreux chocolat qu’on peut trouver dans les calendriers de supermarché).
la salle des baillis dans le château de Gruyère
La Salle des Baillis, avec des peintures représentant de fausses colonnes et des rinceaux en tout genre par Maître Cuen vers la fin du 17e siècle. Je regrette de ne pas avoir Justine, ma colocataire peintre, avec moi !
un selfie avec Ryan
Et ça, c’est nous, toujours emmitouflés dans nos écharpes et bonnet car il fait assez froid dans le château.
une chaise qui fait peur
Dans la salle comportant de nombreux trophées de chasse (plutôt inquiétants, car ils donnaient l’impression de tous nous fixer…gloups), il y avait cette chaise qui bizarrement, m’évoque les oeuvres de Giger que nous allions voir ensuite.
un décor bucolique indiquant "tout est bien qui finit bien"
« Tout est bien qui finit bien ». J’aimerais vraiment pouvoir me raccrocher à cette phrase.

On passe de salle en salle où les décors sont tous différents les uns des autres, tel un voyage express dans l’histoire du château. Pas le temps de se lasser. On file ensuite faire un tour dans les jardins avant de retourner dans le coeur du village. La suite ? Nous avions le choix entre le musée tibétain et le musée H.R. Giger. Après discussion avec la caissière du musée, nous avons opté pour le second. Ce n’est pas ma première rencontre avec les oeuvres de Giger, que j’ai déjà vues au Lieu Unique à Nantes en 2017 (déjà !).

un jardin régulier et des montagnes à l'horizon
Le contraste entre le jardin régulier et les montagnes est assez insolite…
Les montagnes surplombant Gruyères
Du sucre glace, de la meringue, un pavlova, du toblerone blanc… Je ne peux pas m’empêcher de faire des associations avec des desserts. Si ça se trouve, c’est en fait de la noix de coco…
Une jolie montagne
Une montagne avec une arête lumineuse, comme un immense animal.
l'entrée du musée tibétain de Gruyères
On passe devant le musée tibétain… Honnêtement, dans un si petit village, suis-je la seule étonnée de voir qu’il y a trois musées, dont un musée tibétain et un musée sur un plasticien à l’art assez sombre ?
l'entrée du musée Giger à Gruyère
L’entrée du musée H.R. Giger donne le ton.

Bon, H.R. Giger n’est toujours pas mon artiste préféré, néanmoins je dois reconnaître qu’on se laisse prendre au jeu de s’immerger complètement dans son univers. Les sols et les murs sont recouverts de gravures, nous sommes seuls et tout est noir. En fait, je préfère largement me retrouver en face d’oeuvres en noir et blanc. Il y a parfois quelques oeuvres en couleur, en rouge vif par exemple, et je les trouve finalement bien plus inquiétantes que les autres.

Ryan dans le musée H.R. Giger avec un alien au-dessus de lui
Je lui dis ce qu’il y a au plafond ou pas ?
un alien dans le musée H.R. Giger
Je dois reconnaître que la muséographie est vraiment réussie. J’aimerais m’arrêter sur l’incroyable structure visible par transparence mais l’ombre sur le mur me terrifie.

Dans le musée, il y a une exposition temporaire, « Intermezzo surréal », présentant des oeuvres de Ralf Abati assez fascinantes… Les sculptures ont un côté un peu « marin », non ? Cela permet de faire une pause avant de replonger dans l’univers de Giger.

Pouvoir voir l’Alien de très près est une expérience tout à fait fascinante. Il a l’air vraiment…réel, et c’est bien-là le coup de maître. Bref, pas le moment de faire « Bouh ! » dans mon dos ou je détale comme un lapin. A un moment donné, Ryan et moi nous sommes retrouvés dans une salle avec un mannequin aux yeux perçants. Nous ne nous sommes pas attardés et avons filé très vite. Cela provoque la même réaction que lorsque je repense à une scène de film d’horreur et qu’il est tard dans la nuit : rejoindre mon lit au plus vite ou allumer la lumière (vous ai-je déjà dit que j’étais impressionnable ?).

Une table à manger dans le musée H.R. Giger
A table !
une des salles du musée H.R. Giger
Je regrette qu’il n’y ait pas de vidéos de l’artiste au travail. J’avais adoré celles du Lieu Unique ! On manque parfois un peu d’explication ici…
une affiche pour fêter les 50 ans de H.R. Giger
Finalement, c’est cette affiche que j’ai préférée dans le musée. Un chouïa gothique, sans être horrifique. J’aime l’horreur seulement si c’est à la Maison hantée de Disneyland !
un pied de micro dans le musée H.R. Giger
La boutique du musée pousse les concepts un peu loin…
Ryan devant une fondue dans un restaurant
Impossible de visiter Gruyères sans manger la fameuse fondue…au gruyère ! Accompagnée d’un bon vin chaud, on s’est régalé et Ryan m’a même appris à mettre correctement du poivre sur mon morceau de fromage (en saupoudrant mon assiette de poivre, puis en y tapotant mon morceau de pomme de terre dessus, une fois qu’il est enrobé de fromage).
selfie dans Gruyères
A travers les enceintes du village, on entend du jazz de Noël. Gruyères, c’est « cheesy » (ha.ha.ha.), et c’est le village adorablement parfait pour une virée en amoureux.

Les surprises de Ryan ne s’arrêtent pas là, puisque nous avons ensuite repris le train en empruntant la Golden Pass Line jusqu’à Montreux. Le train, vitré jusqu’au plafond, offre un panorama époustouflant sur les montagnes enneigées. J’adore prendre le train et ce trajet est probablement mon meilleur souvenir de voyage utilisant ce moyen de transport. Lorsque je suis revenue en France après mes années californiennes, repartir en Californie pour des vacances m’a permis de clore correctement ce chapitre de ma vie et de passer à autre chose. J’ai eu la même sensation, bien au chaud dans le train en admirant le paysage. Avec la pandémie, l’interruption des voyages a été un vrai coup dur et pouvoir revivre l’expérience du voyage « normal », avec mon appareil photo, en visitant des musées et en goûtant de nouveaux plats au restaurant m’a vraiment apaisée et le fait de ne plus pouvoir voyager ne fait désormais plus autant souffrir. Je ne suis pas sûre d’avoir d’explications pour ce drôle de phénomène chez moi….

Une montagne à travers la vitre du train.
Pour l’anecdote, nous sommes arrivés à Montreux alors qu’il était encore tôt dans l’après-midi. Nous nous sommes baladés un quart d’heure avant de rebrousser chemin et de reprendre le train pour Genève. Après la quiétude de Gruyères, impossible de se faire à la foule présente à Montreux !

 

Un commentaire sur “De la neige et des aliens à Gruyères

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑