Noël en Suisse : la vie en rose et les déjeuners au soleil

« Il va faire froid en Suisse ? » A ce moment-là, j’ignorais encore que nous allions déjeuner dehors au soleil avec la famille de Ryan. On s’imagine souvent la Suisse comme un pays recouvert de neige à Noël, or il a fait très doux et nous avons voyagé pile à des moments où la neige ne tombait pas, ou alors si peu. Lors de mon dernier voyage en Suisse, il a tellement plu que nous n’avons pas pu visiter les montagnes environnantes. « Il faudra revenir ! » Cet hiver, même rengaine : pour voir la neige, « il faudra revenir ! » Cela sent le complot… Mais on se laisse prendre au piège avec plaisir !

tram rose à genève
La Suisse fait des expériences dans ses prisons avec le rose « baker-miller », qui est censé être une couleur apaisante. J’ai cru que c’était la même chose avec les tramways, mais pas du tout ! C’est une oeuvre de Pipilotti Rist. Personnellement, j’aime beaucoup et j’aimerais qu’il y ait plus d’initiatives de ce genre. C’est toujours plus apaisant que la publicité…
Ryan pose avec deux plats
Les restaurants étaient ouverts à Genève lorsque nous sommes arrivés là-bas ! Du moins, ils ne fermaient que le lendemain. Nous en avons donc profité pour aller déjeuner à Alive, qui fait des burgers roses (comme le tram !), mais qui ne sont pas aussi bons que dans d’autres restaurants genevois.
Jet d'eau géant à Genève
Pause touristique devant le Jet d’eau.

Dans la ville, il est possible de se promener sans masque, à condition de pouvoir respecter une distance physique minimale avec les autres citadin.e.s. Une bouffée d’air frais, au sens propre. Ryan me raconte des histoires de fontaines : l’hiver, elles sont recouvertes d’un abri (voir ci-dessus) pour les protéger du gel. N’est-ce pas adorable ? On aurait presque envie de leur tricoter de petites écharpes en laine…

du beurre sur le sol
Un morceau de beurre par terre. J’aimerais bien connaître le comment du pourquoi.
Ryan dans le musée Barbier-Mueller.
Ryan dans le musée Barbier-Mueller, musée d’arts des cultures du monde. C’est un petit musée à la collection très curieuse !
Ryan toujours dans le musée Barbier-Mueller
Ambiance feutrée et intimiste avec dédales de galeries et d’escaliers. C’est la seconde fois que je visite ce musée et je suis encore surprise par la richesse de la collection et l’ambiance apaisante et curieuse du lieu.

Le musée présentait une exposition appelée « Wabi-Sabi, la beauté dans l’imperfection » avec de magnifiques photographies de Steve McCurry (il est connu pour son portrait très célèbre de la jeune Afghane aux yeux verts perçants). Beaucoup de jeux de textures, de ruines majestueuses, et cette photographie d’une pagode craquelée qui me laisse une impression encore très vive aujourd’hui.

Initialement, nous devions passer Noël à Ebnat-Kappel, chez les grands-parents de Ryan. A cause de la circulation très active du virus en Suisse alémanique, nous avons dû revoir nos plans. Au lieu de passer quelques jours dans la région, nous avons fait l’aller-retour pour aller déjeuner dehors avec la famille de Ryan. Au final, ce n’était pas plus mal, car cela nous a permis de passer Noël avec Nelly, la maman de Ryan. A Ebnat-Kappel, il faisait un temps magnifique, l’air était frais, revigorant sans être glaçant et ce fut un moment très chaleureux (autour de la délicieuse soupe de Sula).

sur un pont à Ebnat-Kappel
Petite promenade digestive jusqu’à la maison de Sula et Turi.
Ebnat-Kappel avec un peu de neige.
A droite, c’est la maison de Sula et Turi ! Il y a un peu de neige alors je saute à pieds joints dedans « histoire de dire que j’ai marché dans la neige suisse ! »
Sula pose devant son petit sapin de Noël
Sula nous montre son sapin de Noël dans un coin du chalet.
les montagnes environnant Ebnat-Kappel
Dehors, le panorama depuis Ebnat-Kappel est toujours aussi magnifique.
un décor étrange dans la ville
Par contre, lorsque l’on se promène dans la ville, on tombe parfois sur des décors étranges.

De retour à Noël, nous passons les fêtes dans le calme et bien trop de nourriture délicieuse. J’ai fini par rencontrer Ruedi et Béatrice autour d’une raclette, les oncle et tante de Ryan que je n’avais pas encore vus : la boucle est bouclée !

Ryan et Ruedi bricolent sous une table
Que serait le repas de famille classique sans bricolage dans l’après-midi ?
une marmite en chocolat
Le 12 décembre, il est coutume de détruire une marmite en chocolat en référence à un épisode de l’histoire genevoise. J’ai donc eu droit à mon baptême de « destruction de marmite » et ai envoyé des éclats de chocolats sur tous les invité.e.s (le but, c’était bien de repousser les Savoyards coûte que coûte, non ?)

Nous sommes de retour à Paris pour le Nouvel an que nous avons fêté chez Ryan. Les invités arrivent tôt alors pour les occuper, on leur donne des ballons à gonfler et à déguiser en forme de licorne…

Couvre-feu jusqu’à six heures du matin, on tient comme on peut…

Andréa devant les cadeaux de Noël
L’avantage des fêtes de fin d’année à 6 personnes maximum, c’est qu’on a pu faire plein de petits repas pendant longtemps. De retour à Nantes, Andréa et moi fêtons encore Noël !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑