Dernier article sur Seattle avec la visite du Burke Museum, muséum d’histoire naturelle et des cultures du monde.

En musique ?

DSCF8614
Bienvenue ! A gauche, un totem normalement placé sur la tombe d’un chef Tinglit, et à droite, je n’arrive plus vraiment à relire mes notes : je crois qu’elle s’appelle Dzunuk’wa, « Wild Woman of the Woods ». On découvre des cultures qu’on n’a pas l’occasion de connaître de l’autre côté de l’Atlantique…
DSCF8616
A l’entrée, nous sommes accueillies par cet oiseau-terreur chapeauté. « Bonjour, pourriez-vous nous indiquer les vestiaires pour déposer nos manteaux s’il vous plaît ? »
DSCF8618
Notre visite commence par la découverte des phytolithes, de tout petits résidus minéraux dû à la décomposition des plantes. On les traque, car ils peuvent rester dans le sols plusieurs millions d’années, ce qui est utile pour les chercheurs qui veulent comprendre à quoi ressemblaient nos environnements il y a bien bien bien longtemps. L’approche du musée est ludique puisque l’on suit un groupe de chercheurs dans le Sud de l’Argentine où ont été retrouvés des fossiles d’animaux datant de presque quarante millions d’années. Leur but est de reconstituer l’environnement autour de ces animaux et on apprend donc à trouver des phytolithes en « sept étapes faciles ». Ci-dessus, un extrait du carnet du Dr. Strömberg.
DSCF8626
Dans la catégorie « musée ludique », nous sommes encore servies. Plusieurs espaces sont dédiés aux animations dans le musée, généralement pour les enfants (eh non, je ne suis pas d’accord !). Bref, on a pris le temps de faire une bataille de dinosaures.

Le musée devient un terrain de jeu. En regardant à nouveau les photos, je me dis qu’on a plutôt l’impression d’avoir été dans un centre de loisirs !

Des reproductions, comme les images ci-dessus, qui représentent un rhinocéros vieux de quinze millions d’années qui a été retrouvé encastré dans un moule de lave au fond d’un lac. On joue à excalibur ?

DSCF8639
De la natrolite, qui ressemble à une couche de neige toute douce.

Pas très grand, l’étage consacré à l’histoire naturelle recèle toutefois de petites surprises, le tout installé dans une muséographie un peu enfantine, mais plaisante si on joue le jeu jusqu’au bout. Tout est fait pour favoriser l’interaction entre le visiteur et les installations : c’est une bonne idée pour ceux qui ne sont pas adeptes des musées trop conventionnels ou qui intègrent mieux les informations en manipulant les objets ! Et qui sait, certains se trouveront peut-être une vocation !

DSCF8646
A côté d’une cuisse de Sauropode !
DSCF8650
Un étage plus bas, nous changeons d’ambiance !
DSCF8651
Ambiance Quai Branly : c’est très différent de ce que nous venons de voir ! On a l’impression d’être dans du musée « 2 en 1 ».

La collection est rangée soit par culture pour présenter une cérémonie particulière, soit par type d’objets : marionnettes, masques, instruments de musique, etc. Encore une fois, l’interaction avec le visiteur est mise en avant. On peut ouvrir des tiroirs et y trouver des objets : masques à essayer, tissus à toucher, techniques de tissage à tester, etc.

DSCF8657
Pour une photo prise à l’aveuglette, c’est pas mal !
DSCF8662
Détail d’une pataka (je ne sais pas si le nom est féminin ou masculin). Il s’agit d’une petite cabane de stockage pour les Maori. Le couple au centre représente la fertilité et l’abondance, symbole parfait pour un petit entrepôt d’aliments séchés destinés à être mangés pendant l’hiver.
DSCF8663
Marvin Oliver, Salmon II, 1985. Cette oeuvre me rappelle le mémoire de mon amie Lola qui a étudié l’art Salish. Elle y indique avoir rencontré l’artiste pour comprendre cette technique un peu particulière qu’est la sérigraphie.

Toutes les cultures se mélangent dans un joyeux melting-pot aux formes diverses et variées et bariolées. Chaque vitrine ou installation est très bien faite, mais on s’y perd un peu… Néanmoins, comme je l’ai déjà écrit précédemment, on découvre de vraies suprises avec des cultures qui, de mon point de vue, sont parfois trop peu représentées !

A côté des vitrines, les mises en scène de cérémonies telles que le mariage coréen sont illustrées par des mannequins qui me font un peu froid dans le dos. Je crois que j’ai véritablement trop d’imagination (ou que je suis facilement impressionnable), mais si vous mettez de un orgue de barbarie en fond sonore, je prends mes jambes à mon cou.

*La réponse à la devinette se trouve ici !

DSCF8677
Boun Bang Fai ou le festival des fusées laotien. Le Laos est si peu représenté dans les musées donc rien que la présence de cette vitrine au Burke Museum mérite d’être mentionnée. J’ignorais qu’il y avait un tel festival au Laos : d’après ce que j’ai lu sur Internet, il se déroule aux mois de mai et juin.
DSCF8684
Je ne suis plus à convaincre quant aux multiples utilisations et bienfaits de la noix de coco. Lorsque l’on ouvre ce tiroir, un parfum exotique vient chatouiller les narines : merveilleux !
DSCF8685
La dernière zone d’exposition du musée est consacrée à l’observation de la nature : on retrouve encore des jeux qui ont l’air de bien amuser Maÿlis.
DSCF8693
Une petite cabane a été reconstituée dans le musée. A l’intérieur est placardée une liste d’objets ou d’animaux à trouver depuis cet observatoire. Cela a été l’activité la plus amusante de l’après-midi (après la bataille de dinosaures). Vous remarquerez ce drôle d’animal au plumage bleu, pas très farouche, qui est venu s’installer près de la fenêtre…
DSCF8690
Un trompe-l’oeil presque parfait.