Toujours en musique avec la bande originale de l’excellent La La Land (film à voir, si ce n’est pas encore fait_et ça se passe à Los Angeles !).

dscf6710
Ce week-end, direction Los Angeles  avec Maÿlis pour aller visiter le Page muséum et ses alentours. Le musée possède notamment la particularité de se trouver au milieu d’un parc avec d’autres musées (dont le LACMA !), ce qui rend le lieu extrêmement agréable pour une balade de fin de semaine.

Je dois admettre que je ne vais pas souvent à Los Angeles. Je ne trouve pas la configuration ville extrêmement agréable, car elle est très étalée et il faut au moins une heure de transport en commun pour s’y rendre de Claremont. Généralement, je m’y rends le soir, lorsqu’il y a un spectacle (ou pour la Nuit des Idées par exemple) et je fais simplement l’aller-retour entre le campus et le lieu de représentation.

Pourtant, chacune des visites que je fais à Los Angeles est plutôt sympathique, même si honnêtement, je ne me retrouve absolument pas dans l’ambiance de la ville. Elle est curieuse, plutôt esthétique, mais c’est un vrai décor de cinéma ! Pour l’authenticité, on repassera…

dscf6725
« Ah bah, en plus, le gars qui a fait cette oeuvre s’appelle Levi Mass : il porte bien son nom ! », « Non, mais en fait, c’est pas le nom de l’artiste, c’est le titre de l’oeuvre. » Levitated Mass, une installation artistique réalisée par Michael Heizer. Les gens viennent prendre des poses un peu clichées devant l’oeuvre.
dscf6722
Fatigué d’attendre quoi ?

Quelle surprise de retrouver Jesus Rafael Soto à Los Angeles ! Cet artiste vénézuélien m’est assez cher, car je crois bien que c’est avec une de ses oeuvres que je me suis prise de passion pour l’art contemporain. Très similaire à celle que vous voyez ci-dessus, j’ai découvert Soto avec Penetrable BBL Bleu à Madrid, au musée de la Reine Sofia. Quelques années après, alors que j’étais étudiante en histoire de l’art, c’est avec beaucoup d’émotion que j’ai retrouvé cette installation au Grand Palais à Paris pendant l’exposition (vraiment géniale) Dynamo en 2013.

La version jaune de Penetrable est tout aussi chouette et colle bien à l’ambiance ensoleillée de Californie. Les installations dans lesquelles on peut entrer pour interagir directement avec elles ont toujours été mes favorites et les sensations à l’intérieur de Penetrable sont vraiment marrantes : vous avez l’impression qu’il pleut, mais vous restez au sec !

dscf6747
Après l’art contemporain, place à la paléontologie : on change doucement d’atmosphère.
dscf6774
« Keep calm and dig on ! » Voilà tout l’intérêt du lieu : le musée et les sites de fouilles se trouvent au même endroit. D’un point de vue pédagogique, c’est plutôt merveilleux !
dscf6750
Les mouettes vont également au musée.
dscf6762
Le musée est petit, mais on ne se marche pas dessus pour autant.

Le George C. Page Muséum présente les découvertes faites dans La Brea Tar Pits (dans Los Angeles !), une fosse de goudron. Le goudron a notamment permis la conservation de fossiles datant du Pléistocène. Si vous êtes curieux, vous pouvez aussi vous rendre sur le site du muséum, à défaut de ne pas pouvoir venir à Los Angeles.

DSCF6754.jpg
Le laboratoire de paléontologie m’a laissé une drôle d’impression : concrètement, les techniciens travaillent dans cette salle vitrée tandis que les visiteurs s’agglutinent tout autour pour regarder ce qu’ils font. Des panneaux explicatifs en face de chaque personne indiquent le travail qu’ils sont en train d’effectuer. C’est très intéressant (la reconstitution d’une carapace de tortue par exemple !), mais perturbant : nous ne sommes pas au zoo !  J’aurais du mal à travailler en étant scrutée de la sorte toute la journée. J’aurais préféré quelques sessions dans lesquelles on puisse discuter avec les gens directement.
dscf6766
L’architecture du musée est très réussie avec un bâtiment qui se dessine autour d’un atrium très végétalisé.

Pour l’anecdote, un atelier dans le musée nous permet d’interagir avec le goudron, notamment en essayant de déloger des poids de cette masse. Cela nous a valu une bonne crise de fous rires pendant que j’essayais de faire sortir le poids le plus lourd du goudron : « Mais t’essayes de te prouver quoi là ? », « Je suis une femme FORTE et INDEPENDANTE ! ». En tout cas, les revendications féministes fonctionnent plutôt bien puisque j’ai réussi ! Na.

Nous sortons ensuite dans l’atrium recouvert d’une structure métallique. Métal, végétal, verre : je suis dans mon élément et laisse mon imagination courir un peu…

dscf6781
Nous voilà de retour dans le parc, cette fois dans le jardin B. Gerald Cantor qui contient majoritairement des sculptures en bronze d’Auguste Rodin.

Le parc au coeur de la ville est une bouffée d’air frais. Nous nous dirigeons vers une reconstitution de jardin du Pleistocène. Les plantes sont douces, odorantes et d’un seul coup l’ambiance change : j’entends les bruits de pas des gens sur le bitume avec les gravillons qui craquent, les poussettes qui roulent, les enfants qui jouent, on tape dans des ballons, le bruissement du vent dans les arbres, quelques oiseaux qui piaillent… Le rythme ralentit après la course effrénée de la semaine et ce changement de rythme est toujours aussi bienvenu.

dscf6789
Une oeuvre d’Alexander Calder dans les jardins : retrouver des oeuvres familières, re-côtoyer l’art contemporain me procure beaucoup de joie. Je devrais aller au musée plus souvent ce semestre…

La visite du musée nous a pris beaucoup moins de temps que prévu. Maÿlis, armée de son petit guide, nous emmène à la visite du quartier. Quartier très riche et un peu bobo, nous croisons limousines, voitures de sport, et gens bien habillés qui viennent faire la queue dans des restaurants pour manger des burgers à cinquante dollars.

Parmi les choses à voir, la boutique d’antiquités « Little Paris Antiques » semble être une visite incontournable. Immense, les objets s’agglutinent, plus curieux les uns que les autres.

dscf6794
Un buste de Staline à côté d’une tête de ce que je suppose être un chien. Mais, si vous imaginez que le chien ressemble davantage à un cochon, alors la composition prend une nouvelle saveur. « La Ferme des Animaux », de George Orwell, cela ne vous dit rien ?
dscf6799
Combien sommes-nous ?
dscf6803
Message d’un bienveillant timide.
dscf6804
Au loin, pas si loin…

Dernier rendez-vous incontournable et anecdote à mettre dans la catégorie « les touristes françaises visitent la Californie », Maÿlis m’indique qu’il y a un célèbre glacier dans le quartier et vous savez, moi et les glaces… Bref, immanquable. Nous marchons un petit peu, nous ne trouvons pas le glacier. Maÿlis lance Google Map, et nous naviguons entre deux points, le glacier se trouvant au milieu, mais invisible… jusqu’à ce que nous levions la tête pour regarder au-dessus du préau sous lequel nous sommes : « ah mais en fait, c’est juste là… »

dscf6806
Au programme : boules dulce de leche-banane et crumble-myrtille, recouvertes de crème fouettée, sauce caramel et éclats de cacahuète. La cerise est mignonne, mais je n’aime pas les fruits confits…
Les glaces nous semblaient un peu chères jusqu’à ce que nous nous retrouvions avec notre pot. Lorsqu’on vous dit « deux boules », il faut entendre « deux gros pâtés ». Heureusement, nous n’avions pas déjeuné. La glace était excellente, étonnament pas trop sucrée et les parfums plutôt originaux.

C’est donc sur cette note douce et rafraîchissante sous ce soleil hivernal (« hiver » à vingt-cinq degrés…), que nous reprenons le bus et le train pour rentrer à Claremont. Et les cimes enneigées défilent par la fenêtre…