« Japonismes » à Nantes : « Synergies entre tradition et modernité »

Maÿlis me disait souvent que je l’emmenais faire des choses un peu folles quand nous étions toutes les deux en Californie, surtout quand il s’agissait de mettre la main à la pâte et de construire quelque chose soi-même. Faire une bath bomb et un savon dehors en pleine nuit ? Réaliser une carte avec un circuit imprimé pour allumer une LED ? Partir s’exiler dans un chalet pour écrire des romans ?  Alors quand j’apprends qu’il y a une exposition sur l’artisanat japonais dans l’espace Cosmopolis à Nantes avec toute une série d’ateliers pour créer des objets utilisant des techniques que je n’ai jamais utilisées auparavant, j’y vais presque les yeux fermés !

DSCF6188
Et j’emmène Alex avec moi par la même occasion ! Il y avait quatre ateliers ce jour-là et nous en avons suivi deux. Tous sont animés par des artisans du département d’Aomori, qui se trouve au nord d’Honshuu, la plus grande île des quatre principales du Japon. Après quelques cafouillages dans l’organisation, nous nous retrouvons dans un atelier de création de sifflets en bois au lieu d’un de création de bols en hêtre. Eh bien, pourquoi pas ? Les modèles des sifflets s’inspirent de la forme des lanternes d’un festival célèbre local, c’est-à-dire des lanternes en forme de poisson !
DSCF6189
Et voilà le résultat, avec notre professeur ! Alex et moi ne nous sommes pas concertées et pourtant, nous avons peint notre sifflet dans les mêmes teintes de bleu, d’argent et d’or.

 

Les intervenants sont des artisans japonais et ne parlent pas forcément français. Ils nous donnent les explications en japonais et un interprète traduit les paroles de l’artisan. J’arrive à comprendre, mais bafouille car construire un sifflet tout en rassemblant ses bases de japonais en même temps n’est pas simple. Néanmoins, entendre du japonais pendant quelques heures rend l’expérience encore plus immersive. On en vient même à souhaiter que les ateliers durent un peu plus longtemps pour pouvoir discuter les mains libres cette fois !

DSCF6194
Et voilà le résultat de notre initiation à la broderie kogin sur bouton. Je ne suis pas une grande fan de l’esthétique du point de croix, en revanche, j’aime beaucoup la technique japonaise que je trouve plus jolie. On utilisait la broderie sur les kimonos pour créer une épaisseur supplémentaire pour se protéger du froid. On voit un exemple de kimono caché derrière moi. Notre intervenant nous dit qu’il lui a fallu un an pour terminer le kimono, mais que c’était possible de le terminer en quelques jours !
DSCF6196
De retour à la maison avec mes nouvelles créations ! Cela fait du bien de s’essayer à de nouvelles techniques : je suis sortie de Cosmopolis complètement vidée mais détendue…

Deux jours plus tard, j’étais de retour à Cosmopolis, accompagnée cette fois par Alex et Llew pour un atelier cuisine spécial onigiris. Cette fois nous quittons la région d’Aomori pour rejoindre celle de Niigata. Les onigiris représentent un peu l’équivalent du sandwich ici. Il s’agit de riz travaillé sous la forme d’un triangle que l’on sale légèrement et qu’on entoure d’une feuille de nori (une algue) pour éviter que cela colle aux doigts. Ensuite, on peut en imaginer de toutes les formes possibles et avec toutes sortes de garniture. J’apprécie notamment le côté ritualisé de la confection (ne pas presser trop le riz, y mettre de l’affection) : c’est peut-être pour cela que j’aime tant la culture japonaise je crois…

DSCF6209
Allez, maintenant, il est temps de mettre la main à la pâte ! Avec Llew et Alex.
DSCF6212
On commence par un onigiri tout simple, puis une fois qu’on a pris de l’assurance, on tente de nouvelles choses : garniture aux légumes, aux algues, aux fleurs de cerisier saumurées…
DSCF6213
Mes onigiris sont assez sobres : une petite boulette sésame et kombu, un nature orné d’une fleur de cerisier, et un dernier à la carotte et à la courgette. Depuis, j’ai refait des onigiris à la maison pour des pique-niques et j’aime bien mettre des oeufs brouillés ou des pétales de poisson séché à l’intérieur (bonite).
DSCF6217
Une dernière photo et puis on mange !

Après avoir mangé nos dernières créations (excellentes, et nutritives !), nous allons faire un tour dans l’exposition pour admirer de nouveaux objets d’artisanat. Encore tant de choses qu’on aurait voulu essayer de créer de nos propres mains…

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑