Partir en éclaireur sur l’Île de Saaremaa

« Lullaby of birdland, that’s what I always hear when you sigh. Never in my wordland could there be ways to reveal in a phrase how I feel… » On écoute une seule fois Andrea Motis et sa version sa version de Lullaby of Birdland, et avec nos trois cerveaux dotés chacun d’un lecteur de musique performant, voilà que cette rengaine nous poursuit tout un week-end. Saaremaa a donc des airs de jazz et de trompette, l’escapade parfaite en somme.

Andrea Motis & Joan Chamorro – Lullaby of Birdland

 

Saaremaa est la plus grande île d’Estonie. Pour l’atteindre, il faut prendre le ferry jusqu’à l’île de Muhu, puis emprunter une nouvelle route pour rejoindre l’autre île. Le programme ? Passer la nuit à Muhu et la journée à Saaremaa avant de reprendre un ferry le lendemain soir pour rejoindre l’île de Hiuumaa où se déroule le festival du Café chez l’Habitant. Pendant un week-end, des familles ouvrent les portes de leur maison pour accueillir des visiteurs avec plusieurs animations. Puisque c’est un festival très populaire, les ferries depuis le continent sont pris d’assauts, d’où notre étape à Muhu-Saaremaa.

 

DSCF8803
Notre abri pour la nuit.

Nous étions donc dans le sud de l’île de Muhu, à Lõunaranna, dans un port plutôt abrité qui nous donne plus l’impression d’être au bord d’un lac qu’au bord de la mer.

DSCF8807
Le chemin qui ne mène nulle part, mais qui est toujours sympa à emprunter.
DSCF8811
Finir sa semaine sur cette vue, on a connu pire.
DSCF8815
L’invitation à piquer une tête : il fait trop froid alors il faudra attendre le lendemain matin…
DSCF8816
…Ou pas. Apparemment, quelqu’un nous a déjà devancés.
DSCF8817
Le moment que l’on attendait tous : le coucher du soleil.
DSCF8819
Samuel et Grete en profite pour faire leur séance de gym quotidienne.
DSCF8824
C’est le matin ! L’eau est fraîche et on fait de nouvelles rencontres ! « Ce ne sont pas des méduses, ce sont des millimallikas », nous dit Grete. Un nom très mignon qui désigne tout de même une méduse qui ne pique pas.

A Muhu, il faut absolument (et je pèse mes mots) s’arrêter à la boulangerie. Le pain estonien, et plus particulièrement celui de Muhu est divin. La capitale de l’île est minuscule, mais on y trouve une boulangerie et une poissonnerie qui valent absolument le détour.

DSCF8830
Un pain aux graines sous un bras, un pain au chocolat et aux raisins sous l’autre et on est fin prêts pour le petit-déjeuner. Dans le café local, on rencontre une amie de Grete qui est originaire de l’île et m’enverra un peu plus tard une longue liste de choses à faire et à voir à Saaremaa. On rencontre aussi un Français qui après un détour en Thaïlande, a décidé de passer du temps en Estonie. Autrement dit, à la chasse aux paradis…
DSCF8835
Avant de retourner sur Saaremaa, Grete nous emmène voir les falaise de Üügu, une jolie côte sauvage.
DSCF8838
Le paysage est magnifique, mélange de roche, d’eau et de verdure et on peut même apercevoir des vaches si on observe bien.
DSCF8841
Je vous rassure, pas besoin d’emprunter cette poutre improvisée pour rejoindre l’autre côté.

 

Grete s’improvise cascadeuse sur ce bout de bois pas si stable. Heureusement, plus de peur (et une jolie pirouette en prime) que de mal…

DSCF8851
Après les grands espaces d’Üügu, nous retrouvons les chemins forestiers de Saaremaa, et plus particulièrement de Koigi, la seule tourbière de l’île.

 

Ces jolis coins de nature sont également les gardiens du folklore local :  des histoires de lacs qui ont vu le jour grâce aux larmes d’une femme d’un héros parti en guerre. Si vous voulez en savoir plus, l’histoire n’est pas du tout joyeuse.

DSCF8853
Je veux bien une fenêtre avec cette vue chez moi !
DSCF8854
Du haut du belvédère, on voit le tracé des planches traversant la tourbière.

 

J’aime particulièrement me promener dans les tourbières car je trouve que le chemin à suivre est reposant. Pas d’obstacle, une seule voie à suivre, sans inquiétude ni appréhension concernant ce qui pourrait nous attendre, on profite simplement de la marche. Quand nos vies sont faites de milliers de décisions à prendre chaque jour, je trouve cette pause très réjouissante.

DSCF8885
Quand le chemin n’est pas fait de planches de bois, il est fait de planches métalliques reposant sur des pneus et donc… ça rebondit ! Le paradis des lindy hoppers !
DSCF8888
La photo « artistique » du jour.
DSCF8893
La seconde photo « gymnatico-artistique » du jour.
DSCF8895
De petites feuilles grignotées : pour laisser passer la lumière ?

 

Maintenant, direction Hiuumaa et son festival du Café chez l’Habitant…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑