« On m’appelle nature et je suis tout art » : « Éloge de la sensibilité » au Musée d’arts de Nantes

Une nouvelle exposition au Musée d’arts de Nantes ! Pour être honnête, je ne m’y attendais pas du tout quand j’ai organisé une sortie au musée pour mes étudiants américains. Je savais que certains étudiants devaient aller au musée suffisamment tôt pour le cours d’histoire de l’art et en conséquence, avant le lancement d’Éloge de la Sensibilité. Néanmoins, le musée est grand et nous allions forcément trouver quelque chose à nous mettre sous la dent surtout qu’il y a souvent des animations pendant les nocturnes. Effectivement ce soir-là, ce n’était rien de moins que le vernissage de l’exposition !

Juliette Armanet – Hageshiku, musique entendue dans le film Asako I & II que j’ai justement trouvé touchant et…sensible.

DSCF6063
Genevieve, Zoe, Ulo et Elise, tous très élégants.
DSCF6077
Genevieve et Zoe, avec leur petit air espiègle qui va bien avec les oeuvres exposées.
DSCF6090
Et c’est parti pour une promenade tout en teintes de roses.

« On m’appelle nature et je suis tout art. » (Voltaire)

Éloge de la Sensibilité présente des oeuvres du 18e siècle, période qui n’est pas forcément ma préférée car je trouve les attitudes parfois un peu trop affectées, la représentation des sentiments un peu trop…théâtralisée ? C’est un peu paradoxal étant donné ma passion pour le romantisme et le caractère sublime du siècle suivant. Cependant, j’ai trouvé beaucoup de délicatesse dans cette exposition et j’ai été particulièrement sensible (!) à la représentation des tissus satinés ou brillants ainsi qu’aux paysages. Comme quoi, il n’est jamais trop tard pour se convertir !

DSCF6085
Une exposition qui se découvre avec les yeux et les oreilles ! D’ailleurs, à la fin de l’exposition un espace est d’ailleurs dédié à l’exploration des oeuvres avec les cinq sens : il est possible de toucher les étoffes, sentir les odeurs des objets représentés dans les tableaux, etc.
DSCF6098
« Aie l’air naturel ». Je comprends que mon objectif fureteur et curieux puisse être un peu gênant, mais les photos sont souvent rigolotes malgré tout.
DSCF6105
D’autres étudiants américains ! Jonathan (je crois !) et Samantha, en discussion animée.
DSCF6106
A gauche, Jean Valette-Falgores, Trompe-l’oeil à la statuette d’Hercule, 1748. A droite, du même peintre, Trompe-l’oeil à la gravure de Sarrabat, 1748. Trompe-l’oeil, c’est bien le terme !
DSCF6109
Un détail du tableau de gauche dans l’image précédente. Cela ne se voit pas trop, mais il y a une paillette blanche sur le morceau de roche (sur le bord gauche). Je trouvais ce détail amusant, comme si l’on poussait le réalisme jusqu’au bout…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑