Le Mont Saint-Michel : des ombres et des lumières, des moutons et des chats

J’ai toujours imaginé le Mont Saint-Michel comme un lieu magnifique, et en même temps extrêmement bondé. En conséquence, je n’ai jamais pris le temps d’aller là-bas, mais j’ai toujours tanné mes étudiants pour qu’ils aillent visiter ce lieu emblématique. Après tout, c’est une habitude assez connue de ne jamais aller voir les monuments tout près de chez nous parce que nous nous disons qu’on aura toujours le temps plus tard.

 

 

Arrivés sur le site, pas le temps de traîner : nous devons nous rendre tout en haut pour visiter l’abbaye. Je mène la marche à travers les ruelles étroites et me fraye un chemin à travers la foule, un peu trop rapidement pour les jambes de certains. Nous ne sommes pas encore arrivés qu’une étudiante a déjà renommé cette sortie le « leg day » constitué de deux exercices : des squats pour la photo de groupe en bas et une belle montée pour atteindre l’abbaye. Un autre étudiant frime un peu « ah bon ? ça monte ? ». J’admets que la montée est bien plus simple que ce que j’ai pu entendre, mais par solidarité, je préfère ne rien dire.

DSCF7639
De toute façon, une fois en haut, c’est la récompense.
DSCF7640
C’est quand même étrange d’avoir installé un village au milieu de… nulle part !
DSCF7641
Et saint Michel surmonte le mont Tombe.
DSCF7643
Du haut de l’abbaye, on côtoie le terrain de jeu des mouettes.
DSCF7648
Une bande d’aventuriers est partie explorer les sables de la baie. Nous avions interdit à nos étudiants de s’approcher du sable pour des raisons de sécurité. Forcément, quand nous sommes descendus de la navette, deux étudiants s’ébrouaient joyeusement…dans le sable.
DSCF7650
Les gardiennes de l’abbaye, ce sont elles.
DSCF7654
Coquillages et crustacés dans le cloître. Je n’aurais jamais cru dire un jour qu’un chapiteau d’église est mignon.

 

A mon grand étonnement, nous étions finalement assez peu nombreux dans l’abbaye. Si peu nombreux que j’ai pu visiter certaines parties de l’abbaye toute seule. Des gardiens rappellent aux visiteurs de conserver un niveau sonore bas sur les lieux, ce qui est également très agréable.

 

A un moment donné, je perds mes étudiants… ou alors ils m’ont semée, n’ayant peut-être plus envie de discuter en français. Je recroise de petits groupes d’étudiants de temps en temps, mais pour le reste de la visite, je suis souvent seule, permettant alors à mon esprit de divaguer sur des histoires un peu mystérieuses, aux nuances gothiques et romantiques… et j’ai une folle envie de revoir Le Nom de la Rose.

 

Il fait assez sombre, et les ouvertures sont vraiment petites (ce qui est logique). De temps à autre, on sent une brise fraîche même en étant à l’intérieur. Je n’imagine même pas l’atmosphère et la température les soirs d’hiver. Brrr.

DSCF7672
En sortant du cloître, je suis attirée par un petit portillon (fermé !) qui donne sur un roseraie aux airs de jardin secret.
DSCF7675
Ici, une salle avec des gros piliers qu’on appelle… La Salle aux gros piliers.

 

Une fenêtre un peu encrassée, un petit puits de lumière, un bout de carrelage ornementé : on apprécie d’autant plus ces petits détails qu’on évolue dans le silence…

DSCF7686
L’impression d’être parfois dans un jeu vidéo, Tomb Raider ou Assassin’s Creed. D’ailleurs, je crois bien qu’il existe un épisode d’Assassin’s Creed au Mont Saint-Michel.
DSCF7687
Il n’y a écrit nulle part que nous n’avons pas le droit de monter…
DSCF7690
On dirait maintenant qu’il fait nuit.

 

Nous déambulons dans l’abbaye, traversant plusieurs salles, ce qui met à mal mon sens de l’orientation. J’entre dans une salle, j’en fais le tour et je ne sais déjà plus par quelle porte je suis entrée. Malgré tout, je sais bien qu’une partie de l’abbaye se dérobe au regard du visiteur, et j’aurais bien envie d’explorer un peu plus ces pièces cachées. Il me faudrait toutefois prévoir un peu de temps, n’étant pas sûre de trouver une porte de sortie rapidement.

DSCF7697
On sort de l’abbaye pour atterrir dans les jardins et retrouver nos copines les mouettes.
DSCF7698
C’est une chouette sensation de se retrouver (à nouveau) au milieu de grands espaces.
DSCF7701
Ayant un peu de temps avant de rejoindre le bus, je décide de m’aventurer sur les remparts.
DSCF7704
Je vous l’ai déjà dit, mais il y a truc avec les moutons par ici.
DSCF7706
Les ruelles du Mont Saint-Michel sont nettement plus sympathiques quand on les regarde de loin !
DSCF7713
L’heure de la sieste pour les petits félins du Mont.
DSCF7717
Un chemin parmi les remparts en cache un autre, qui en cache un nouveau, qui en re-cache un suivant. C’est tentant de se laisser porter par ses pas et s’aventurer à droite à gauche sans but. Cependant, je me fais vite rattraper par le temps et il est déjà temps de faire demi-tour. Zut. Où se trouve l’entrée déjà ?

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑