J’écris cet article alors qu’il est neuf heures du soir après une grosse sieste de trois heures. Bonsoir Claremont, j’aurais pu adorer la Super Blue Blood Moon, mais à la place, j’ai décidé d’être malade ! Mais bon, trêve d’humeur de chien, je nous emmène voir une nouvelle exposition plutôt originale sur la collection. En général, c’est un sujet qui plaît bien : il y a toujours une personnalité ou un collectif avec une identité forte derrière une collection alors forcément, on se sent davantage touché par les oeuvres…

N.B.: La photo de couverture est l’oeuvre de Robert Malaval, Je Suis une Etincelle, 1977.

DSCF3435
Dans les cimaises, quelques fenêtres sont percées, laissant apercevoir les autres collections. Ce choix muséographique est plutôt sympa : on a un parcours bien défini, mais on n’étouffe pas et cela donne une belle cohésion à l’ensemble de l’exposition.

« L’acte de collectionner est mené par un profond désir, une mystérieuse impulsion poussant des individus à consacrer leur temps, leur énergie et leurs ressources à rassembler des objets sur lesquels ils ont jeté leur dévolu. L’historien de l’art Jacques Thuillier enracine la passion du collectionneur dans les ‘les trois instincts de chasser, d’amasser, d’ordonner’. » C’est sur cette belle introduction que l’on découvre aussi que le musée a fait dans le local en présentant des collections qui viennent de la région angevine ou des bords de Loire.

J’étais donc avec Louis (vous vous souvenez ? Le résident de français à Claremont McKenna, l’année dernière), traînant nos deux silhouettes mal assorties dans une exposition quasi-déserte. On passe d’ambiance en ambiance, avec un seul regret : que la muséographie ait pris le parti d’accrocher certaines oeuvres les unes au-dessus des autres. Difficile d’apprécier un tableau qui se trouve à trois mètres du sol, comme Je suis une Etincelle (le tableau qui sert d’illustration à cet article).

DSCF3443
La collection de la Fondation La Roche Jacquelin, avec des oeuvres d’artistes venant d’Asie du Sud-Est : une belle surprise !

Notons cependant qu’aucune oeuvre du Laos n’a été présentée… En même temps, je dois avouer qu’en termes d’art contemporain, aucun nom d’artiste ne me vient à l’esprit !

DSCF3446
Louis, affairé devant l’oeuvre de Bui Cong Khahn, Commitment Culture, 2012. Le public a la possibilité de jouer avec les lettres en bois (découpées dans les volets) dans la boite pour composer un message. Le problème, c’est que les options sont un peu limitées avec le vocabulaire vietnamien…
DSCF3452
Joséphine Turalba, Scandals, 2013-2014 : ces sandales sont faites de cartouches de balles et normalement, le public est invité à les porter et elles feraient une épouvantable cacophonie en claquant sur le sol. Le titre est bien trouvé et la performance sonore hautement symbolique. Dommage de ne pas avoir pu les voir « en action ».
DSCF3454
Sutee Kunavichayanont, History Class (White Man’s Burden), 2000. Des tables d’écoliers sont gravées d’épisodes de l’histoire coloniale de la Thaïlande. Le public peut prendre une feuille de papier pour récupérer une impression de ces gravures.
DSCF3465
La seule photo que j’ai prise de la collection Alain Provost, qui pourtant ne manque ni d’intérêt ni d’humour. La collection (2016) de Julie C. Fortier, consite en un parfum que l’on peut vaporiser sur un petit bout de carton (qui me sert actuellement de marque-page pour 1Q84). L’idée du parfum m’a soufflée ! L’idée d’une oeuvre olfactive pour représenter une collection semble pourtant si naturelle… Pourquoi n’ai-je pas vu cela avant ?
DSCF3468
Une collection particulière d’un anonyme. Comme vous voudrez…

La dernière collection était la plus drôle et je suis curieuse de savoir quel personnage collectionne ce genre d’oeuvres. Malheureusement, le mystère restera intact !

DSCF3471
Cette technique-là, ces formes-ci me sont désormais familières. Bonjour ! Yayoi Kusama, Untitled, 1993.
DSCF3473
Antoni Miralda, Food Culture Museum, 2001 : le genre d’oeuvre que je trouve étrangement satisfaisante…
DSCF3478
Théo Mercier, J’ai Peur des Livres, 2011. Et vous ?
DSCF3480
Philippe Ramette, Objet à Manipuler le Vide, 1991 : probablement mon oeuvre préférée de la collection.
DSCF3482
Avant de repartir, Louis et moi allons faire un tour dans la collection permanente. Dans l’aile consacrée à l’histoire d’Angers, j’ai une petite pensée pour Ariane…