Les deux premiers jours que nous avons passés à Boston ont été grisâtres et venteux, ce qui n’est pas extraordinairement agréable pour découvrir la ville, surtout au bord de l’eau. Nous en avons donc profité pour en visiter les musées : musée des sciences et musée des beaux-arts…

Bibbidi bobbodo boo, parce que les sciences ont parfois ce petit côté magique…

DSCF9328
Grand comité d’accueil à l’entrée du musée : je me demande si cela a été envisagé en discothèque…
DSCF9332
Quand art et science fusionnent : la photo ne rend pas justice à cette oeuvre mouvante…

Le musée des sciences de Boston a la particularité de proposer toutes sortes d’expériences, de machins-trucs à tester et à manipuler… Même si les enfants font évidemment partie du public visé, les plus grands enfants (comme nous !) ne sont pas laissés en reste, si bien que nous y avons trouvé largement notre compte. A côté de la Cité des Sciences à Paris qui s’adresse aux plus jeunes ou le Palais de la Découverte que je commence à trouver un peu vieillissant (sauf pour les expositions temporaires), j’étais aux anges.

DSCF9333
On trouve de l’eau partout à Boston : la preuve ! Le musée est quasiment construit sur un pont, alors la vue sur la rivière Charles est imprenable.
DSCF9345
Un autre exemple de l’interactivité du musée qui requiert parfois d’être deux pour réaliser les activités : parfait pour favoriser également la discussion et le partage des expériences !

Une des choses qui frappent ici, c’est l’immensité du lieu : la diversité des sciences est très bien représentée sans pour autant tomber dans l’effet « fourre-tout ». La partie consacrée à l’histoire naturelle se dote même d’une esthétique typique de ce genre de muséums : grosses vitrines, mobilier en bois et tiroirs abritant une collection légendée par de minuscules étiquettes à l’écriture rétro.

On entre dans la reconstitution d’une petite école. Un message sur le tableau indique qu’il faut retrouver à quel moment l’école a fermé. Nous voilà en train de jouer les enquêteurs à la recherche de tous les indices permettant de retrouver l’année de fermeture de cette école. Ambiance « old school » (c’est le cas de le dire !) à souhait ! On a même retrouvé l’année d’ouverture grâce à une souche d’arbre. Bref, tels de grands enfants, nous jouons le jeu du musée à fond en testant toutes les activités possibles et imaginables… et je remercie également les distributeurs de gel anti-bactériens disséminés sur les lieux. Grands enfants, insouciants, mais pas trop quand même.

DSCF9362
D’après nous, la partie la plus passionnante du musée se trouve ici : une ribambelle d’engrenages et de mécanismes exposés sur deux pans de murs. On a passé du temps à essayer de deviner comment fonctionnait chacun des mécanismes avant de vérifier nos théories en appuyant sur un bouton pour les mettre en action. Génial !

On navigue d’un espace à l’autre, ne pouvant pas nous attarder partout. Je m’extasie sur la quantité d’informations disponibles ; Joaquin me rétorque que le musée de Cadix est bien plus grand et réactualise certaines des informations que nous lisons, notamment en ce qui concerne les énergies renouvelables. Encore une fois, nous nous rendons compte que la ville avec son fort rayonnement technologique est très bien aménagée de ce côté-là.

Happée par la partie dédiée à l’espace, je perds mon compagnon que je retrouverai un peu plus tard absorbé en pleine discussion avec l’un des médiateurs du musée. Je continue donc ma visite seule et c’est peut-être le seul moment où j’ai trouvé le musée un peu désorganisé. Les fusées côtoient les maquettes de bateaux qui se trouvent elle-mêmes exposées à côté des locomotives, juste séparées par un groupe de panneaux sur les nanoparticules…

Le musée offre également des animations (un peu comme au Palais de la Découverte) et nous avons décidé d’aller voir celle sur l’électricité. Rien de neuf, mais le petit côté spectaculaire persiste à chaque fois, surtout quand Jerry (ou c’était Terry peut-être ?) commence à jouer l’air de Mario en allumant toutes les machines. Le « Prove it, Jerry » du titre vient d’une leçon qu’il nous a donné sur le fait qu’il ne fallait pas croire ce qu’il disait, mais demander des preuves de ce qu’il avançait. Un état d’esprit scientifique très d’actualité…

DSCF9382
Que serait un musée des sciences sans l’incontournable squelette de dinosaure géant ? (Ici, un tricératops).
DSCF9384
Le keichousaure, petit reptile de Chine, n’est-il pas mignon ?
DSCF9389
Question de perspective ?

Une exposition temporaire dédiée à la science-fiction dans la culture populaire, POPnology, est présentée dans le musée. Malheureusement, la journée touche déjà à sa fin et nous avions prévu d’aller voir le fantastique spectacle sur l’électricité. On aura eu juste le temps de prendre quelques photos pour nos archives « geek » et d’improviser un concert sur des instruments aux touches tactiles. En tout cas, l’exposition a l’air vraiment sympathique avec une muséographie très soignée qui met très vite dans cette ambiance un peu pop des années 1980 très Rockyrama… Et moi, je me replongerais bien dans The Twilight Zone !

Apparemment les voyages dans le temps ne nous réussissent pas trop puisqu’on se retrouve découpés en morceaux éparpillés je-ne-sais-où et nos ombres se dédoublent…

…ou s’enfuient faire leur propre vie ! Un peu comme Peter Pan !