Dimanche 14 Octobre, 8h33, Mather Campsite à Grand Canyon.

Nous sommes dans la voiture, partis pour notre première journée de randonnée. Nous sommes, bien évidemment, super bien organisés :

« So, you wanted to go to the South Kaibab Trailhead today ? », demande Martin installé à l’avant de la voiture.

« YES ! », répondent quatre personnes à l’unisson.

« Okay ! Hum… Let’s find out where that is. », en sortant tout un tas de papiers parmi lesquels doit probablement se trouver la carte de Grand Canyon.

La nuit n’a pas été trop inconfortable : Martin s’est moqué de moi, car j’avais froid aux genoux, mais pas aux pieds (et alors ?!). Le dîner de la veille était digne d’un restaurant gastronomique. Sabrina était plus qu’heureuse de retrouver des marques italiennes lorsque nous avons fait des courses alors elle nous a fait découvrir les pâtes accompagnées d’une « Vodka Sauce ». Tout le monde a aimé, moi, un petit moins, mais ne vous fiez pas au nom, ça se mange vraiment !

thumb_dscf3721_1024
Le Kaibab Trail : drôle de nom ! Il se prononce plus « ka-ï-bab » que « kebab », mais cela ne nous a pas empêchés de bien rigoler quand même.
thumb_dscf3878_1024
C’est juste époustouflant. Les photos ne rendent pas justice au paysage qui s’ouvrent devant nous. Un peu plus tôt, vous êtes tranquillement installés dans votre camping, sous les pins. Un peu plus tard, vous vous rendez compte que vous avez dormi à côté de…ça ! Une belle leçon de perspective, je crois n’avoir jamais vu quelque chose d’aussi immense de toute ma vie.

La taille, les couleurs, tout est sublime. Nous en sommes restés bouche bée pendant un long moment, du moins, jusqu’à ce que le vent nous fasse manger du sable en grande quantité.

Plus sérieusement, tout est remis perspective. Je me souviens avoir ressenti une grande humilité face à ce paysage. Nous sommes si petits face cette portion de Terre à la fois minuscule (pour la planète, pour l’univers !) et immense (pour nous) ! L’alternance du vent, des zones ombragées très froides et ensoleillées très chaudes nous rappellent également à quel point nous sommes fragiles.

Je pense que pour raviver une conscience écologique, ce voyage est parfait. C’est avec beaucoup de gratitude que j’ai entrepris cette randonnée, gratitude envers notre belle planète qui nous a laissé entrevoir ici une partie de son histoire.

thumb_dscf3742_1024
Grands sourires, en pleine forme ! En même temps, je dois dire que j’ai été un peu perturbée durant notre randonnée : nous avons généralement l’habitude de faire la montée avant la descente (pour une montagne par exemple). Ici, on descend d’abord dans le canyon, et ensuite on remonte. Attention à ne pas aller trop loin du coup !

Au final, nous avons fait six miles le dimanche, et six miles le lundi. A chaque fois, nous sommes descendus et nous avons rebroussé chemin au moment jugé opportun. Nous n’avons pas atteint la rivière tout en bas du canyon : il était déconseillé d’entreprendre ce genre de randonnée en une journée, et nous n’avions pas de matériel pour passer y passer la nuit.

thumb_dscf3749_1024
Arrivée à la Crête du Cèdre. Bon sang, ces couleurs.

Dans un cadre comme celui de Grand Canyon, faire de la randonnée est très facile. Il y a des toilettes aménagées sur le chemin ainsi que des points d’eau. Je crois qu’étant donné que des personnes sans expérience s’aventurent parfois sans s’équiper correctement (tongues aux pieds, absence d’eau), le maximum est fait pour vous empêcher de mourir dans d’atroces conditions.

Le plus dangereux, c’est la chaleur. Du coup, je crois que nous avons choisi le mois idéal pour partir. Il faisait (très) frais le matin, mais le soleil était agréable. Nous avons surtout souffert du vent en fait. A partir de Novembre, il peut être sympathique de visiter le Grand Canyon, surtout qu’il peut commencer à neiger, mais dans ce cas, je vous déconseille le camping…

thumb_dscf3762_1024
Je vole ! Ou presque ! Depuis que je pratique la danse classique deux fois par semaine, ma souplesse s’est nettement améliorée. C’est tellement étrange de redécouvrir son propre corps de cette manière.

Le South Kaibab Trailhead se présente comme une bonne introduction au Grand Canyon, car il offre la vue la plus large du Canyon. Le lendemain, nous avons fait une autre randonnée appelée le Bright Angel Trailhead, qui propose un regard moins panoramique, mais avec de petites nuances à observer plus proche de nous.

thumb_dscf3839_1024
Nouvelle leçon de perspective avec Jérémy qui pose un peu plus loin. Le chemin fait que nous descendons (ou remontons) énormément sur une courte distance (600 mètres de dénivelé sur 3 miles), ce qui rend tout de suite le décor encore plus impressionnant.

La remontée a été plus rapide que prévue, donc nous avons fini notre longue promenade en marchant le long du Canyon jusqu’à Yaki Point pour admirer la vue.

thumb_dscf3873_1024
Jérémy pose devant le Canyon, à l’aise.

En rentrant, nous nous sommes arrêtés pour reprendre (racheter) du bois et surtout, prendre une énorme douche. La veille, nous n’avions pas trouvé les douches et il s’avère qu’elles ne se trouvaient pas sur le camping même… Bref, ça fait du bien ! Sabrina nous a refait un plat magique et nous avons mangé des marshmallows grillés sur le feu… Of course !

thumb_dscf3846_1024
Au revoir Grand Canyon, à demain pour le Bright Angel Trailhead !