Retour à Valencia (1/2) : danser, danser, danser

Retour à Valencia, retour aux sources. Ryan et moi nous sommes rencontrés à Valencia en 2020 et on boucle la boucle en revenant sur nos pas. Initialement, nous devions rejoindre une retraite dansante au milieu de l’Espagne, mais le festival s’est transformé en soirées dansantes dans plusieurs espaces de la ville ou en dehors. Le tourisme dansant, un chouette concept, non ?

Elis Regina & Antônio Carlos Jobim – Aguas de Março (ma plus belle danse cet été, avec Ryan bien évidemment)

Arrivés à Valencia par le train, on pose nos bagages dans notre petit appartement et on retrouve le groupe de danseurs à la Turia (ancien fleuve comblé, devenu un parc traversant la ville). L’organisation du festival est un peu chaotique. Depuis la pandémie, le paysage dansant a beaucoup changé (et change encore) : la fusion est en train de se scinder en deux mouvements, le West Coast Swing devient de plus en plus élitiste et compétitif. J’éprouve parfois des difficultés à retrouver ma place dans la communauté parce que je déteste la compétition, mais apprécie la technique même dans l’aspect social de la danse. A Valencia, nous avons eu l’impression d’aller de fête dansante en fête dansante, un peu comme on va dans un bar pour boire et danser. Effet post-pandémie ou nouveau mouvement dansant, je pourrais m’attarder encore longtemps sur la question. Malgré la déception et les questionnements, j’ai toujours envie de me concentrer sur les jolis moments et les jolies rencontres.

Dîner dans un restaurant tout rose après un cours avec l’incroyable Xandy Liberato. En 2020, j’avais suivi un de ses ateliers sur deux jours et j’avais eu l’impression de renaître et redécouvrir mon corps. Mêmes sensations sur ce nouveau cours : il est facile d’être soi, d’être avec l’autre, de créer et de se mouvoir avec l’autre et on atteint une extraordinaire sensation de confiance et de sécurité. Je recommande les yeux fermés (littéralement).
La vie en rose !

J’avais rencontré Julia (avec la tresse jaune fluo) en 2019 dans la sierra madrilène, parce qu’elle organisait le Maliciosa Blues Fest et j’admirais déjà sa créativité à ce moment-là. Pour briser la glace entre les gens, elle a animé cet atelier rigolo de maquillage fluorescent.

On descend dans le sud de Valencia en direction du parc naturel de l’Albufera, connu pour ses balades en « barca » et les rizières aux alentours.
Les fameuses rizières (pour faire la paëlla !)
Un nouveau cours très, très chouette avec Justin sur la micro-fusion. Je pense que de tout le festival, les cours auront été ma partie préférée !

Après une délicieuse paëlla pour le dîner, c’est l’heure d’aller sur l’eau.

Une Laura, pensive et qui découvre la fusion pour la première fois ! Toujours chouette d’accueillir de nouvelles personnes dans les communautés dansantes…
Petite photo de groupe sur une des embarcations (je crois que Ryan se cache derrière moi).
Coucher de soleil sur l’eau…
…ça se passe de mots.

Les bateaux sont attachés en ensemble, le concert démarre et les gens appliquent ce qui vient d’être appris dans le cours de micro-fusion pour pouvoir danser ensemble… sans faire de vagues. Un moment magique !

Julia, à gauche, dessine dans son carnet. A droite, c’est DanDan, talentueuse musicienne qui jouera un peu plus tard dans la soirée.
Danses toutes douces !
L’autre moment magique, c’est le bateau qui ne revient pas à son point de départ, mais s’engouffre au milieu des broussailles pour rejoindre un espace révélant une piste de danse tout à fait originale sous une sorte de hutte.
Cela donne envie de créér ce genre d’expérience pour un vrai festival de danse (sans l’alcool et les non-danseurs un peu trop collants).
Et pour vraiment boucler la boucle, retour à la Masia de Lucy (où nous étions en 2020 !). Encore une fois, un très joli cours avec cette fois un mélange de yoga et de danse avec Martha, que je rencontrais pour la première fois. Un peu plus tard dans la soirée, nous avons une discussion toutes les deux sous les arbres et sous l’oeil attentif de Ryan (témoin discret et bienveillant) et ce moment de partage m’apporte encore tellement aujourd’hui qu’il vaut bien toutes les autres déconvenues de soir-là (je vais passer sous silence la pool party parfumée à la bière…).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :