Les cours d’histoire de l’art à Pomona College ne m’ont pas assez traumatisée pour me faire détester l’art du XIXe siècle. Ainsi, lorsque le Musée d’Arts de Nantes a annoncé une exposition sur les Impressionnistes, je me suis mise à trépigner d’impatience. Cette visite a eu un petit goût de nostalgie. Accompagnée de Lola et Galatée, copines de lycée et férues d’art, j’avais l’impression d’être revenue quelques années en arrière… On vieillit un peu, non ?

DSCF5094
A l’entrée de l’exposition, j’aime toujours autant le choix du musée d’utiliser des couleurs franches pour les cimaises. En quelques mots, cette exposition présente un échantillon d’oeuvres présentées lors du Salon de 1886-1887 qui s’est tenu à Nantes. Comme le titre l’indique, les Impressionnistes ont fait sensation, mais que serait Nantes sans ce petit grain de folie, déjà présent à la fin du XIXe siècle ?
DSCF5097
Pierre-Adrien-Pascal Lehoux, Saint Martin, 1885. (détail)
DSCF5096
Drôle de composition géométrique.

 

 

Ci-dessus, la petite mosaïque habituelle d’oeuvres qui m’ont marquée. Mon appareil photo s’essouffle… Heureusement, le nouveau arrive bientôt parce que je suis sûre que cela a participé au ralentissement du rythme de publication sur ce blog.

DSCF5111
Lola, dans la dernière salle de l’exposition qui rassemble les oeuvres qui ont fortement scandalisé le public. Le bleu est magnifique. Le ciel représenté dans La Route à Damiette (Seine-et-Oise) (1885) par Armand Guillaumin l’est également. La photographie ne lui rend pas justice car lorsque l’on se trouve devant, on a presque envie de cligner des yeux tant il paraît éblouissant.
DSCF5117
Auguste Renoir, La fin du déjeuner, 1879. J’ai pris ce couple en photo, car je trouvais qu’ils allaient bien avec la couleur de la cimaise.
DSCF5120
L’exposition vue de l’étage : les couleurs sont vraiment très bien choisies et le système d’ouvertures entre chaque « salle » ne nous a jamais donné l’impression d’étouffer dans ce petit dédale.
DSCF5122
Après un petit tour de rapide dans le musée, nous nous arrêtons dans la Chapelle de l’Oratoire pour (re)voir The Waves de Thierry Kuntzel. Nous déjeunons ensuite au Burger House, où nous avions l’habitude d’aller quand nous étions au lycée, histoire de raviver encore quelques souvenirs…