De retour à Nantes, j’essaie de recréer des liens avec la ville. Parmi les différentes identités de la ville, il y a la Nantes de la science-fiction et du steampunk, nourrie en partie par Jules Verne. L’auteur est effectivement né à Nantes et a fait ses études au lycée Clemenceau (peut-être une des premières choses que l’on m’a dite quand je me suis inscrite là-bas !). Aujourd’hui, sur la butte Sainte-Anne existe un charmant petit musée dominant la Loire que j’avais bien envie visiter à nouveau.

DSCF5545
En route vers la butte Sainte-Anne, la vue sur la Loire est magnifique, en fleurs et en musique.
DSCF5546
Et bientôt, nous y verrons aussi l’Arbre aux Hérons !
DSCF5547
Elizabeth Cibot, Jules Verne enfant et le Capitaine Nemo, 2005. J’adore cette sculpture, très poétique. Drôle de coïncidence, je lisais à ce moment-là Vingt Mille Lieues Sous les Mers…
DSCF5549
Photo mignonne avec Jules, Warda et Alice.
DSCF5563
Thierry Cardinet, Sandrine Geslin, Didier Graffet, Hubert de Lartigue, Manchu et Pascal Young, Hommage à Jules Verne, 2005. une oeuvre réalisée dans le cadre du festival de science-fiction  Utopiales.
DSCF5553
Un élément de décoration que j’aime bien et qui pourra servir d’inspiration pour un prochain atelier créatif…
DSCF5560
Le Great Eastern, un bateau sur lequel Jules Verne a voyagé avant d  le mentionner dans son livre Une Ville Flottante.
DSCF5565
Chez J. Hetzel et Cie, l’éditeur des Voyages Extraordinaires, grande collection rassemblant soixante-huit (dont soixante-deux romans dont la liste se trouve sur les côtés ) des oeuvres de l’auteur.

La dernière fois que j’étais allée au musée Jules Verne, j’avais vu la chouette exposition  sur Nicolas Fructus, qui avait fait les illustrations pour le fantastique livre Un An Dans les Airs, Voyage Extraordinaire dans la Cité Volante, un de mes livres favoris.

DSCF5571
Cette année, l’exposition porte sur une bande dessinée, Jules Verne et l’Astrolabe d’Uranie, réalisée par Esther Gil et Carlos Puerta.
DSCF5573
Un scaphandre « vernien », modèle Rouquayrol-Denayrouze : un peu flippant quand même.
DSCF5576
Alice et son expression dubitative à côté d’une oeuvre (Jean Bonichon, Le Sélénite, 2017) qu’on ne voit pas sur l’image. Il s’agit d’un écran sur lequel on voit une bouche manger une fraise et qui censé évoquer le roman De la Terre à la Lune. 

 Le bruit de mastication de la vidéo Le Sélénite était vraiment ignoble et nous avons quitté la pièce assez vite malgré la présence de maquettes plutôt sympathiques.

DSCF5580
Jean-Marc Deschamps, « Le Train de Projectiles », modèle inspiré par le roman De la Terre à la Lune, 2003.
DSCF5585
Nous avons terminé la visite dans cette salle où il y a deux plateaux de jeux (il suffit de faire pivoter le plateau central). Nous avons décidé de jouer à Le Noble Jeu des Etats-Unis d’Amérique, sorte de jeu de l’oie imaginé par Jules Verne dans son roman Le Testament d’un Excentrique (1899). Les règles ont été créées par l’auteur… particulièrement sadique. Entre la case Nebraska correspondant à une case « prison » dont on ne sort jamais (sauf si un joueur tombe dessus) et la case Californie à quelques cases de l’arrivée qui renvoie au départ, nous avons joyeusement souffert avant de finalement abandonner en riant et en laissant un petit mot sympathique sur le livre d’or (en arabe pour Warda !).