C’est parti pour une nuit à Vegas, les pieds déjà en compote et les sens déjà saturés…

2016-11-05-16-56-09
A l’hôtel. Prendre une pause avant d’explorer la ville la nuit. Et je trouve que Sabrina a un charme fou et une classe folle.
2016-11-05-18-48-12
En route pour « Venise ».
2016-11-05-18-49-30
Venise envahie par les panneaux publicitaires géants et les néons ? Las Vegas a un air de Californium, le jeu vidéo inspiré de l’univers de Philip K. Dick. Vos repères sont petit à petit brouillés, si bien que vous ne savez plus distinguer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas vraiment.
2016-11-05-18-50-58
« Venise », le « Palais des Doges » et des pieds qui dansent continuellement.
2016-11-05-18-55-17
La troublante impression de déjà-vu. Lorsque vous êtes sur la place « San Marco » quasiment déserte, et que vous vous tournez vers le palais, il est presque possible de croire que vous êtes vraiment à Venise. La place des colonnes, du campanile, et la présence du pont du Rialto vous rappellent que ce n’est pas le cas, mais votre cerveau fait quand même quelques noeuds.
2016-11-05-18-56-16
Au grand complet, équipe italo-franco-hispano-allemande : Marino, Jérémy, Maÿlis, Sabrina, Angela et Martin. Français, toujours en majorité.
2016-11-05-20-32-39
Sauriez-vous dire si nous sommes à l’extérieur ou à l’intérieur ? Il s’agit d’une galerie géante dans le Caesar’s palace, réalisée comme si nous étions à l’extérieur : faux plafond, faux pavés, lumière d’ambiance pour simuler une promenade nocturne dans une Rome très rétro. Il y a la même une reproduction de la fontaine de Trevi.

Mon week-end à Las Vegas en chiffres :

    • 20 kilomètres de marche : déambuler dans la ville a été notre activité principale je crois.
    • 6 cents de gagné, sans toucher à une machine. Trouvés par terre.
    • 2 gorgées de Guinness. Je n’aime pas la bière, encore moins les bières fortes, mais la Guinness préparée pour les Etats-Unis est un peu plus douce.

Bilan total : plutôt raisonnable. Je vous laisse sur ces images de Marino, qui a eu beaucoup de chance ce soir-là…