Histoires gourmandes d’un autre temps

Les premières semaines suivant le 11 mai ont été particulièrement stressantes. Une semaine après l’annonce du déconfinement, je me suis autorisée à sortir pour une autre raison que les courses alimentaires. Dehors, une odeur de basilic annonce la saison de l’été. Je suis à la fois heureuse et pourtant toujours un peu perturbée quand je me rappelle qu’on a passé une saison entière enfermés. « Je n’ai vu aucun cerisier en fleurs cette année ». Alors que certain.e.s ont déjà lancé la saison des embrasses, des apéros et des soirées à cinquante, je fais un pas après l’autre. En allant me promener près du canal de l’Ourq, le vent est de retour et c’est déjà beaucoup pour moi. J’ai de la samba dans les oreilles et je me dis que les Brésiliens ont compris quelque chose à la musique et à la danse qu’on n’a pas encore saisi. Et c’est dans ce mélange de gaieté et de mélancolie que j’avance encore, un pas après l’autre. Après deux mois d’absence (que je n’ai pas vus passer…), me voici prête à revenir faire un tour par ici.

Chevy – If I could ride a bike

(Quand je ne marche pas, je pédale, et j’ai tout le temps ce morceau quand je suis en vélo ! Et par « tout le temps », je veux dire vraiment tout le temps !)

Un matin, on se réveille et on a l’impression qu’on nous observe… Doudou est de retour et il commence à prendre (un peu trop) ses aises.

Dans cet article, je vous raconte la fin du confinement en suivant nos recettes ! La cuisine rythme nos vies et nous permet de déployer toujours autant de créativité et de partager des moments complices. Pouvoir se poser devant le four comme s’il s’agissait d’un poste de télévision me manque un peu…

Sablés fourrés au caramel pour célébrer la cinquième semaine de confinement.
Seul essai de nourriture raté en deux mois : les falafels. Le goût y était, la forme, c’est une autre histoire. Ce n’est donc qu’un demi-raté, et on se rattrape bien avec les autres plats.

Camembert rôti pour nos week-ends spécial fromage, un fondant au citron et à l’avoine pour la sixième semaine de confinement, une soupe de légumes avec très peu de lait de coco mais déjà trop pour Ryan, et canard à la sauce soja qui rappelle des saveurs asiatiques.

WordPress propose (impose) un nouvel éditeur qui fonctionne moins bien que le précédent. J’ai bien peur de ne plus pouvoir refaire les mosaïque d’images que j’avais l’habitude de faire dans mes articles, et de ne plus pouvoir les légender. Il doit également y avoir quelques soucis d’homogénéisation sur la largeur des images (que je dois désormais régler à la main…). Je suis actuellement en train de repenser la refonte du blog pour qu’il soit encore plus personnel, donc cette mise à jour tombe à pic ! Voilà de quoi me donner un coup de boost pendant l’été pour continuer à étudier le code et réaliser une transition fluide.

Crumble aux pommes ? Que nenni, à gauche, nous avons un mac’n’cheese pas très traditionnel car on l’a fait avec des pâtes complètes et des épinards; à droite, nous avons effectivement un crumble, mais salé, avec de la pâte au parmesan sur une couche de courgettes, tomates et oignons. On explore, on explore…

Vous en avez déjà assez de la nourriture ? Faites une pause avec le retour de Doudou qui, si jamais vous en doutiez encore, a vraiment pris ses aises dans la maison. Un matin, pouf, il est monté sur les genoux de Ryan et a réclamé sa dose de câlins.
LE Kouglof avec un « K » majuscule marquait la septième semaine de confinement. Le gâteau encore tiède fond dans la bouche et j’avais l’impression que c’était la première fois depuis très longtemps que je mangeais une part de gâteau que je pouvais prendre à pleine main. J’adore manger mes desserts à la petite fourchette (plus qu’à la cuillère), mais la sensation de manger un dessert qui tient parfaitement dans la main a quelque chose d’extrêmement gourmand et régressif. Bref, un bonheur au goût fondant de raisins, et de citron.
De la couleur dans nos plats printaniers avec ce pseudo-chili/ratatouille.

Vous n’avez plus faim ? Voilà des petits pingouins et phoques des régions froides que nous avons mis dans la salle de bain pour égayer la pièce. Notez la manière dont on se réapproprie les trous dans le murs, ainsi que le mélange des perspectives dignes d’une peinture d’Egypte antique !

Une nouvelle humaine dans la cuisine !

On déconfine ! Andrea, une amie singapourienne de Ryan est venue passer quelques jours à la maison après avoir passé deux mois dans le petit studio d’un ami. Elle avait besoin d’un peu d’espace, ce qui est bien compréhensible. Moi, ça m’a fait du bien de pouvoir partager les cookies au chocolat avec quelqu’un !

Huitième et dernière semaine de « confinement » avec un lemon bar qu’on n’a pas laissé refroidir et qui nous a appris une leçon : quand la recette indique « une nuit de réfrigération », c’est pour une bonne raison. Le gâteau tiède était décevant, alors que le lendemain, il était parfait. On apprend donc la patience en cuisine. Tout un art et des années d’entraînements sont requises pour maîtriser cette compétence.

J’avais pris la même photo au début du confinement. La boucle est bouclée ?
Pendant qu’on confine, la vie continue et en voici la preuve en images avec ces adorables cygnons (cygneaux ? Cygnets ? bébés cygnes ?)
Décidément, à chaque plat son histoire. La banoffee pie est comme son nom l’indique une tarte banane et toffee (entendre, du caramel) recouverte de crème chantilly. Autrement dit, c’est le genre de dessert à ne faire qu’une fois dans l’année, si possible avant d’aller courir un marathon ou deux (à la suite). Néanmoins, ce dessert vaut son pesant d’or (et de gras). On a toutefois du travail à faire sur le caramel qui a durci le lendemain, exception à la règle de la patience pâtissière que j’exposais précédemment. Effectivement, un dentiste nous aurait vu essayer de manger les dernières parts, et il se serait probablement arraché les cheveux, à défaut d’arracher des dents.
Ah les crêpes ! Elles ont l’air normales, mais la vérité est tout autre. Après avoir visionné cette recette de 1954 par Raymond Olivier, Romain a voulu recréer la recette à l’identique. Il faut vraiment regarder la vidéo pour comprendre à quel point ça a été une épopée. Je suis restée en sécurité sur le toit pendant la confection, pour éviter de respirer trop de vapeurs d’alcool. Le résultat est étrangement délicieux avec un léger goût d’anis, sans odeur d’alcool et à la texture légère. Néanmoins, on se tiendra à la recette classique malgré tout parce que, voilà quoi.
Le saumon du premier barbecue ! Nous sommes allés chez Clément, un ami danseur de Ryan et avions décidé de ramener notre propre nourriture pour limiter les risques de contagion. Voilà donc notre saumon mariné qu’on a fait cuire dans les braises du barbecue avec de la patate douce. Amplement mérité après quelques heures de vélo entre Paris et Vitry sur Seine.
Nos repas prennent de plus en plus l’apparence d’apéritifs dînatoires aux teintes estivales, ce qui est juste… Parfait. Cela pourrait être comme ça tous les soirs sans problème ! Une fois les restaurants ouverts à Paris, j’ai réalisé mon souhait de manger une pizza en terrasse avec un verre de Lambrusco. Je n’avais pas prévu la pluie, certes. Dans tous les cas, j’ai envie d’un été à l’italienne : manger de bonnes choses, dans la quiétude des soirées tièdes de l’été pour profiter d’être dehors et en bonne compagnie.

Enfin, l’été rime avec « tartes en tout genre ». On donne le ton avec les tartes aux fruits rouges et mascarpone, simples comme bonjour, et qui se mangent sans fin, faim, ‘fin bref.

Un commentaire sur “Histoires gourmandes d’un autre temps

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑