Les personnes qui me connaissent un minimum se demanderont probablement ce que je suis allée faire dans un endroit pareil. Pour être honnête, je n’en sais strictement rien moi-même : envie de tester mes limites, d’expérimenter quelque chose de nouveau, et peut-être aussi avoir juste le plaisir de me plonger dans des mondes imaginaires et immersifs. Après tout, à Disneyland par exemple, mon attraction préférée est le Manoir Hanté que je trouve très poétique alors, que pouvait-il m’arriver de mauvais à Knott’s Scary Farm ?

Louis Armstrong – Spooks

DSCF2575
Initialement, il s’agit de Knott’s Berry Farm, une ancienne ferme réaménagée en parc d’attraction. Un mois par an, le parc ouvre la nuit avec un thème spécial Halloween.

A peine passé le tourniquet de l’entrée, une étrange créature débarque de nulle part et grogne en balançant des étincelles sur José. Evidemment, nous n’étions pas prêts, mais au moins, la couleur était annoncée. L’adrénaline monte autant que la paranoïa. On scrute la foule, surveillant la moindre forme non-humaine capable de nous sauter dessus pour nous faire sursauter et hurler de frayeur. Les plus déçus sont les photographes ou amateurs de « selfies » qui n’auront jamais le temps de prendre la pose sans l’intervention inopportune d’un zombie ou autre monstre…

DSCF2523
Les ruelles sombres de Ghost Town sont plongées dans un brouillard artificiel. Je ne lâche pas José d’une semelle et on finit par courir vers le premier endroit illuminé et sûr : les magasins bien sûr (parce qu’il faut tout de même faire marcher l’économie vous comprenez…). Mais attention, le premier magasin dans lequel nous sommes rentrés n’est pas n’importe quel magasin. Une vraie boutique de cow-boys, parfaite pour s’équiper contre une attaque de zombie imminente. Le coup du sort…
DSCF2528
« We make you feel like family ». En relisant ceci, je ris jaune, très jaune. The Red Barn est une des attractions temporaires pour Halloween. Dans ces attractions, on entre dans un labyrinthe sur un thème très horrifique et techniquement, on ne profite pas de la vue des cadavres et autres visions effroyables parce qu’on est trop occupés à fermer les yeux, hurler et à fuir les humains déguisés en créatures fantastiques en train de nous courir après. Et autant vous dire qu’avec le thème de la ferme, on peut faire beaucoup de choses. Le psychopathe avec sa tronçonneuse…BRRRR !

Donc oui, José et moi* avons tellement hurlé qu’au bout d’une demi-heure, nous n’avions plus de voix et en même temps cela va sembler étrange, mais l’aventure s’avère être un parfait anti-stress. En quelque sorte, on cherche à se faire peur et malgré le souvenir du presque massacre à la tronçonneuse (oui, je suis vraiment traumatisée…), on entre dans un nouveau labyrinthe. Psychologiquement, il est aussi bon de remarquer à quel point le cerveau s’adapte vite aux situations. Au bout de deux heures, on peut être surpris par les monstres si on ne les voit pas venir, mais vos systèmes d’alerte ont bien compris que rien d’autre de néfaste ne pourrait vous arriver alors on finit étrangement détendu, pour ne pas dire, blasé.

*Oui, nous n’étions que José et moi ce soir-là. Les autres ont eu trop peur de se faire peur…

DSCF2532
Petit pont illuminé de charmants lampadaires : nous sommes en sécurité en direction des bouées géantes. C’est la première fois que je vais dans un parc d’attraction la nuit et l’expérience revêt un tout autre caractère. En tout cas, je me sens d’humeur plus courageuse que d’habitude, appréciant même d’aller dans les montagnes russes.
DSCF2535
Le flash révèle des choses invisibles pour nos propres yeux d’humain. En règle générale, l’ambiance champêtre, de cirque rétro et de Retour vers le Futur III est assez chouette !

J’étais concrètement venue avec l’objectif de me plonger dans de drôles d’univers fantomatiques et si parfois, le thème de l’horreur était poussé à son paroxysme (se balader parmi des cadavres suspendus, bof !), il y a eu aussi de très bonnes surprises. Le dernier labyrinthe que nous avons fait avant de rentrer à Claremont nous a emmenés en Louisiane, dans ses bayous et son vaudouisme romanesque. Musique de cabaret avec piano désaccordé, ombres fantomatiques, squelettes et mortes-vivantes venant chuchoter et souffler sur votre nuque. J’avais l’impression de me promener soit dans La Princesse et la Grenouille, soit un film de Tim Burton.

DSCF2554
Après quelques manèges à sensations fortes, on embarque dans un petit train de la mine qui nous fait visiter ces grottes aux reflets nacrés et métalliques.
DSCF2565
Une variation sur les tasses et soucoupes d’Alice aux Pays des Merveilles. On n’en menait pas large après avoir tant tourné et nous avons enchaîné avec un bateau à bascule, qui bouge comme un pendule… Et après, on s’est dit qu’il était temps de se calmer.

Avec le labyrinthe vaudou, la partie dédiée à la culture mexicaine et notamment « Dias de los Muertos » était la plus réussie. On se sent étrangement bien dans ces ambiances macabres et festives en même temps.

DSCF2570
Une affreuse citrouille qui nous hurlait dessus pendant que nous attendions d’entrer dans un labyrinthe particulièrement écoeurant : trop de cadavres, trop de sang,…
DSCF2569
Finissons sur une note plus joyeuse avec ce ravissant « Boardwalk » à l’atmosphère de bal américain édulcoré (c’est un pléonasme). Malheureusement, on n’avait eu assez de machins-trucs qui tournent alors on a surtout admiré les reflets roses et bleus de loin !