DSCF3066.JPG

Après deux semaines de BootCamp plutôt intenses arrive enfin la rentrée des classes. Autant vous dire que tout le monde est déjà… épuisé.Jérémy et moi devions aller faire un tour dans Los Angeles aujourd’hui, mais j’ai attrapé froid (oui, oui, fichue clim… et je ne suis pas la seule !)… Ainsi, nous passons la journée sur le campus entre visionnage de Doctor Who, visite du campus et de son musée, passage à la bibliothèque qui vient de faire peau neuve et repos à l’appartement.

DSCF3055.JPG
Coucou, c’est ici que je travaille (et que je vis) !

Cet article (n’)est (pas) structuré (.) de manière anarchique, mais je promets de faire quelques efforts la prochaine fois. Simplement, c’est ma première journée de libre depuis trois semaines alors j’essaie un peu de rattraper le temps perdu !

J’ai enfin fait la rencontre de mes étudiants ! Mon travail est divisé en trois parties : je donne des cours de conversations (trois groupes de niveaux), je participe aux tables françaises dans le restaurant d’Oldenborg tous les midis et j’organise des activités culturelles pour les étudiants tout au long du semestre. Pour le moment, c’est plutôt enthousiasmant : j’ai une classe très dynamique, qui lance des débats sans que je n’ai rien à faire (ils sont géniaux), une autre plus timide mais tout aussi mignonne, une autre super sérieuse qui ne souhaite parler que de politique (ma tasse de thé, bien évidemment).

Quant aux tables françaises, elles sont également intéressantes. Je me rends compte que je suis capable de faire la conversation avec de parfaits inconnus pendant une heure, ce qui pour moi, mi-ratdebibliothèque, mi-taupo-ermito-solito-caverno-asociable, relève du miracle. Jérémy vient même m’assister de temps en temps pour s’occuper d’une des tables et m’éviter de changer de table toutes les trois minutes.

Au niveau des cours, après avoir voulu tenter de prendre des cours de japonais*, j’ai décidé de prendre un peu d’avance sur le doctorat d’astrophysique que j’ai prévu de préparer une fois à la retraite et de suivre un cours d’introduction à l’astronomie, en plus du cours obligatoire de Pédagogie en langues étrangères. Disons que l’idée d’aller observer les étoiles le lundi soir à l’observatoire du campus ou au planétarium était plus que tentante… Il faut juste reprendre quelques bases en mathématiques et en physique, youpi !

WP_20160818_18_43_16_Pro.jpg
Et je vous présente le nouvel engin qui me permet de faire le lien entre Oldenborg et mes autres cours sur le campus (ou ailleurs). J’ai même investi dans un panier pour aller faire mes courses. Malheureusement, nos vélos ont été sabotés dernièrement et je dois remplacer une des chambres à air…

Autrement, je prends un cours de danse classique, assez exigeant, car il compte pour un quart de crédit universitaire, et un cours de kickboxing, juste parfait pour se défouler après une journée de cours. Les semaines vont enfin trouver leur nouveau rythme de croisière.

 

WP_20160830_20_48_09_Pro.jpg
Et ça, c’est la petite trouvaille dans le Théâtre International. Le piano semble sorti tout droit du siècle dernier, il fait un son affreux et il faut attendre trois minutes avant qu’une touche remonte. Néanmoins, c’est un des moments que je préfère : attraper la clé, descendre à 23h dans le théâtre et faire apparaître le piano à l’aide de la machine à remonter le temps.

* En fait, à chaque fois que je disais « j’aimerais prendre des cours de japonais », on a tenté de m’en dissuader. Rita, directrice d’Oldenborg m’a même dit que « it’s going to destroy your life ». Je ne sais pas trop quoi en penser pour le moment…